dimanche 14 avril 2019

L'ombre de la baleine

Résumé : 

Quand des cadavres de jeunes hommes échouent sur les côtes de l’archipel de Stockholm, la jeune flic Malin et son supérieur, Manfred, sont missionnés pour résoudre ce sombre mystère. Hélas, chacun est plus vulnérable que d’habitude : Malin est très enceinte, et Manfred meurtri par le terrible accident qui a plongé sa petite fille dans le coma. En parallèle, nous rencontrons Samuel, adolescent rebelle, dealer à mi-temps, élevé par une mère célibataire aussi stricte que dévote. Sa vie bascule quand celle-ci jette à la poubelle des échantillons de cocaïne que le baron de la drogue de Stockholm lui a confiés.
Alors que Samuel trouve une planque idéale sur la petite île de Marholmen, où il est embauché par la jolie Rachel pour devenir l’auxiliaire de vie de son fils Jonas, Malin et Manfred font fausse route. Mais toute leur enquête change de cap le jour où la mère de Samuel signale enfin sa disparition…
 

Mon avis : 

Avant de débuter cette critique, je tiens à remercier Babelio et leur opération Masse critique ainsi que la maison d’édition Calmann Levy pour l’envoi de ce roman. Camilla Grebe est une auteure que j’aime beaucoup et qui m’a conquise avec ses deux premiers romans Un cri sous la glace et Le journal de ma disparition, j’avais donc hâte de continuer cette saga et de retrouver les personnages auxquels je me suis tant attachée. Pourtant, mon bilan est un peu mitigé avec cette lecture que j’ai trouvé un peu en dessous des deux premières enquêtes. 

Tout d’abord, je me suis un peu ennuyée dans la première moitié du roman ou il faut l’avouer, il ne se passe pas grand-chose. Heureusement, l’action se met bien en place dans la seconde partie du roman. L’auteure garde la même trame que les précédents récits : des chapitres courts ou alternent plusieurs narrateurs. Manfred, que je suis vraiment ravie d’avoir retrouvé, Samuel, un jeune homme qui cumule les bêtises et sa mère Pernilla, bigote et qui s’est fait manipuler toute sa vie. A part Manfred, j’ai eu du mal à m’attacher aux deux autres personnages. Autant dans Le journal de ma disparition, j’avais adoré suivre Jake, autant ici Pernilla et Samuel, ne m’ont pas plu. 

L’enquête est bien construite, le suspense est omniprésent mais l’intrigue est selon moi un peu tiré par les cheveux. Les références bibliques sont partout et c’est parfois difficile à suivre pour les gens non croyants qui n’ont pas de connaissances en la matière. Le personnage de Rachel est complexe et j’ai aimé retrouver Hanne qui nous présente des conclusions très intéressantes. Dommage qu’Hanne ne soit pas plus présente dans ce tome trois. 

Enfin, je retiendrai les références à l’évolution des gens notamment face aux réseaux sociaux ou l’auteure nous expose une réalité bien triste mais tellement réaliste. Je ne sais pas si ce tome trois vient terminer une trilogie ou si on peut espérer d’autres enquêtes mais malgré ma petite déception avec cette lecture, je me jetterai les yeux fermés si un nouveau roman de Camilla Grebe sort prochainement.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire