lundi 8 avril 2019

La Ferme du crime

Résumé : 

Toute une famille fut assassinée en 1920 dans un hameau de Bavière. L'affaire n'a jamais été résolue. Andrea Maria Schenkel, à la manière de Truman Capote dans De sang froid, combinant plusieurs témoignages, reprend cette sinistre histoire pour la placer dans les années 1950.

Vaches qui s'agitent à l'étable, vent qui balaie les flocons, coins sombres derrière les granges, brouillard pesant... Tous les ingrédients de l'inquiétude sont là, dans une région catholique très dévote, sur fond d'Allemagne imprégnée de désastre.
 
La ferme de Tannöd représente un gros capital, convoité par beaucoup. Un soir, c'est le massacre. Plusieurs personnes pouvaient avoir envie de tuer ou des proches de se venger

Hanté par les voix des témoins - instituteur, curé, voisin... - le lecteur referme le livre avec un coupable quasi certain, mais le malaise perdure, parce que là-haut à Tannöd, les rancoeurs sont vives, les relations entre les individus basées sur la haine et le désir. 

Mon avis : 

Je découvre ici Andrea Maria Schenkel et je dois dire que j’ai beaucoup aimé ce roman très noir. Elle s’empare ici d’un fait divers qui a touché l’Allemagne dans les années 20 et se le réapproprie. Nous sommes dans les années 50 et toute une famille dans une ferme isolée est assassinée. 

Les chapitres sont courts et cette famille nous livre quelques secrets mais c’est surtout par le biais de témoignages de gens du village qu’on apprend à les connaitre : le grand-père incestueux, la grand-mère battue et bigote, la fille victime, les petits-enfants qui n’ont rien demandé et la fille de ferme qui vient juste d’arriver. 

Ça se lit vit, c’est un récit « coup de poing » et on sent le suspense monté au fur et à mesure. La fin m’a surprise et prouve encore à quel point les personnages sont bien plus complexes qu’ils n’y paraissent. Je suis conquise par cette première lecture de l’auteure.
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire