mardi 9 avril 2019

Le jøurnal de ma disparitiøn

Résumé : 


Il y a huit ans, la jeune Malin, alors adolescente, a découvert une fillette enterrée dans la forêt de Ormberg, une ville suédoise isolée. On n’a jamais pu identifier la petite victime.
Devenue une jeune flic ambitieuse, Malin est affectée auprès de Hanne, la célèbre profileuse, et de l’inspecteur Peter Lindgren, qui reprennent l’affaire. Mais Peter disparaît du jour au lendemain, et Hanne est retrouvée blessée et hagarde dans la forêt.
Le seul témoin est un adolescent qui aime errer dans les bois enneigés, la nuit. Sans le dire à personne, il récupère le journal que Hanne a laissé tomber et se met à le lire, fasciné…
Désormais seule dans son enquête, Malin est appelée sur les lieux du tout premier crime : une nouvelle victime a été découverte. Et si tous ces faits étaient tragiquement liés ?
De sa plume fluide et au gré de rebondissements imprévisibles, Camilla Grebe nous offre un nouvel opus étourdissant où les secrets enfouis et les différentes intrigues s’entrelacent magistralement. Une lecture à couper le souffle.

Mon avis : 

Le jøurnal de ma disparitiøn, deuxième tome des enquêtes de Peter et Hanne que l’on prend grand plaisir à retrouver. J’avais déjà beaucoup aimé Un cri sous la glace mais je dois dire que je suis encore plus conquise par ce second tome qui est un vrai coup de cœur.

Peter et Hanne rentre de leur voyage au Groenland, et se retrouve dans le nord du pays pour rouvrir une enquête classée sans suite. A l’époque, un groupe d’adolescent avait découvert le cadavre d’une petite fille dans une forêt. Le roman s’ouvre de manière interessante, Hanne est retrouvée en forêt, seule, complétement perdue et sans Peter. C’est Jake, un adolescent qui lui vient en aide et qui retrouve son précieux journal qui reprend tous les souvenirs d’Hanne. La narration oscille donc entre Jake qui lit ce journal et reprend l’enquête et Malin, une des adolescentes qui avait retrouvé le cadavre à l’époque, aujourd’hui policière.

Le suspense est omniprésent et il est très dur de lâcher le roman une fois commencé. J’ai aimé retrouvé Hanne qui me touche toujours autant et puis le personnage de Jake est juste adorable. Manfred m’avait bien plu dans le tome précédent et j’étais très contente qu’il soit aussi de la partie. L’écriture de Camilla Grebe est encore une fois très plaisante et je vais très vite enchaîner sur L’ombre de la baleine que j’ai reçu lors de la dernière masse critique.

Enfin, j’ai aimé l’atmosphère sombre du roman, les journées dans le noir en pleine hiver sans luminosité, la neige, le froid, ce village quasi mort ou toutes les industries ont fermé les unes après les autres et ce centre de réfugié que tout le monde blâme. L’immigration est d’ailleurs souvent traitée dans les romans scandinaves et je dois dire que Camilla Grebe aborde le sujet avec brio.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire