lundi 17 juin 2024

How to solve your own murder

 

Résumé : 
It’s 1965 and teenage Frances Adams is at an English country fair with her two best friends. But Frances’s night takes a hairpin turn when a fortune-teller makes a bone-chilling One day, Frances will be murdered. Frances spends a lifetime trying to solve a crime that hasn’t happened yet, compiling dirt on every person who crosses her path in an effort to prevent her own demise. For decades, no one takes Frances seriously, until nearly sixty years later, when Frances is found murdered, like she always said she would be.

In the present day, Annie Adams has been summoned to a meeting at the sprawling country estate of her wealthy and reclusive great-aunt Frances. But by the time Annie arrives in the quaint English village of Castle Knoll, Frances is already dead. Annie is determined to catch the killer, but thanks to Frances’s lifelong habit of digging up secrets and lies, it seems every endearing and eccentric villager might just have a motive for her murder. Can Annie safely unravel the dark mystery at the heart of Castle Knoll, or will dredging up the past throw her into the path of a killer?

As Annie gets closer to the truth, and closer to the danger, she starts to fear she might inherit her aunt’s fate instead of her fortune.

Mon avis : 
Passionnant ! Et je viens de voir que le roman aura une suite en 2025, alors c’est sur je serai au rendez-vous.

J’ai adoré la construction du roman qui alterne à merveille entre deux époques : 1966 et aujourd’hui. Je me suis vraiment attachée à Frances et à Annie et je regrette qu’une chose, c’est qu’elle n’est pas eue le temps de se connaitre. D’ailleurs, Annie est tellement humaine, avec ses défauts, ses remises en question, qu’on ne peut que l’aimer dès les premières pages. Elle adore la lecture, s’essaie à écrire sans grand succès pour le moment, bref ça pourrait être vous ou moi et c'est ce qui fait son charme.

La fin de l’enquête m’a plu, je suis contente qu’Annie est résolue le mystère ! Je ne m’attendais pas à cette révélation, il faut dire que le roman nous entraine sur pas mal de fausses pistes. Je me suis demandais à un moment d’ailleurs si je ne tombais pas dans la paranoïa, un peu comme Frances, car j’ai vraiment soupçonné tout le monde.

Cependant, j’aurais aimé en savoir plus sur Ford, il semble être un personnage charismatique et mystérieux mais il n’est juste que brièvement mentionné et c’est dommage. En tout cas, le thème de l’amitié, de la jalousie est vraiment très bien exploité et j’ai vraiment adoré ce premier roman très prometteur.

lundi 10 juin 2024

La statuette


Résumé : 
Quand Helena hérite de l’appartement de ses grands-parents à Athènes, elle est submergée par ses souvenirs d’enfance. Chaque été, alors que la Grèce subissait la dictature des colonels, elle séjournait auprès de sa giagia adorée et de son tyrannique pappou qu’elle craignait tant.

Devenue adulte, Helena retrouve le chemin de la Grèce grâce au séduisant Nick, qui la convainc de l’accompagner sur un site de fouilles archéologiques. Elle redécouvre les beautés de ce pays, mais aussi un versant bien plus sombre, celui du trafic d’objets d’art. Et alors qu’elle pensait avoir définitivement tourné une page sinistre de son histoire familiale avec la mort de son grand-père, elle est conduite à mener une enquête qui lui fera croiser son terrible fantôme et les crimes qu’il a commis.

En renouant étroitement avec ses origines grecques, Helena va peu à peu se révéler à elle-même et trouver sa place dans le monde.

Mon avis : 
J’ai beaucoup aimé ce roman de Victoria Hislop qui nous plonge dans le trafic et le pillage des antiquités en Grèce.

Une nouvelle fois, l’auteure déclare son amour pour le pays, la langue avec des mots qu’elle insère un peu partout dans le récit et énormément de références à la musique grecque. J'ai recherché certaines des chansons mentionnées et écoutées pendant que je lisais le livre et la lecture devient une vraie immersion à part entière dans la culture grecque.

Un seul bémol, la troisième partie est un peu plus lente et casse un peu le rythme du roman. Mais la quatrième partie est passionnante tout comme les deux premières.

J’ai beaucoup aimé l’héroïne que l’on suit et voit grandir au fil des pages. Je l’ai parfois trouvé extrêmement naïve notamment envers Nick. Je suis tombée amoureuse d’Haris et j’ai adoré cette happy end. C'est un roman qui fait énormement de bien et qui est vraiment parfait pour l'été.

jeudi 6 juin 2024

Madre piccola


Résumé : 
Exilée à Rome, Barni voit son passé resurgir : un jeune Somalien grièvement blessé arrive à l'hôpital et ne peut communiquer avec personne - à part elle ? En tentant de découvrir qui il est, elle renoue avec tout un pan de son histoire, et retrouve miraculeusement sa complice de toujours, sa cousine Domenica.

Elles se souviennent de Mogadiscio, des années d'adolescence et de la vie qui s'offrait à elles, avant que la guerre civile éclate et que leur univers se disloque...

Roman de la diaspora somalienne, Madre piccola donne la parole aux exilés.

Mon avis : 
Madre piccola est un récit passionnant où l’on suit plusieurs somaliens, dispersés à travers le monde, qui ont fui la guerre et la violence de Mogadiscio.

Le style du récit est très intéressant : il se présente sous la forme de monologues des différents personnages, dont les vies se croisent ou se sont croisées : des amis d'enfance, des cousins qui se rencontrent encore parce qu’ils sont à la recherche d’un proche.

Ils racontent leur déracinement, leur recherche de leur propre identité, leur lutte et leur amour pour la vie, leur famille et leurs amitiés. C’est un défi pour le lecteur car il y a beaucoup de personnages et pour comprendre leur relation, mais les pièces du puzzle finissent par s'assembler.

Ce sont des témoignages extrêmement touchants, toujours terriblement d’actualité ou chaque jour des personnes essayent de traverser la Méditerranée.

mardi 28 mai 2024

Mondes parallèles, une histoire d'amour

 

Résumé : 
Takashi et Tomohiko, deux inséparables qui ont fait leurs études ensemble, travaillent au sein d’une entreprise spécialisée dans la réalité virtuelle et mènent des recherches sur le cerveau et la mémoire. Un jour, Tomohiko présente à Takashi sa petite amie, Mayuko. Takashi est abasourdi : étudiant, il était tombé sous le charme d’une belle inconnue qui, dans le train d’en face, croisait régulièrement sa route en sens inverse.
Des années plus tard, la voilà donc face à lui et en couple avec son meilleur ami. Le trouble de Takashi redouble le lendemain, lorsqu’à son réveil, Mayuko s’affaire à préparer son petit-déjeuner et semble partager avec lui une évidente intimité. Comme s’il vivait dans deux réalités parallèles…
Pouvons-nous nous fier à nos souvenirs ? Et que sommes-nous sans eux ? Au croisement de la romance et de la littérature spéculative, Keigo Higashino nous livre une love story d’un genre unique.

Mon avis : 
J’aime les romans policiers de Keigo Higashino et j’ai voulu sortir de ma zone de confort avec ce roman plus science-fiction.

Je ne pensais pas aimer autant ma lecture mais dès les premières pages j’ai été happé par l’intrigue qui tourne autour d’un triangle amoureux (scénario assez classique) avec une petite pointe d’originalité qui inclut la réalité virtuelle.

La construction du roman est intéressante : le passé et le présent alternent pour se retrouver à la fin lors de la résolution de l’intrigue. La fin n’est pas renversante comme je l’attendais mais on prend conscience de toute la profondeur du roman qui est bien plus dramatique que je l’avais d’abord envisagé.

Les personnages sont attachants, et chaque sentiment est vraiment bien décrit : l’amour, l’amitié, la jalousie, le doute, la confusion.

Enfin, je suis surprise de voir que ce roman est sorti à la fin des années 90 mais seulement traduit en français en 2024…. Pourquoi tant d’années ? En tout cas, l’auteur a fait preuve de beaucoup d’imagination et surtout pose les bonnes questions : Peut-on vraiment modifier nos souvenirs ?

mercredi 22 mai 2024

Monastère

 

Résumé : 
Épuisé par quinze heures de vol, en manque de sommeil et de nicotine, Eduardo attend ses bagages aux côtés de son frère, à l'aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv. Les deux hommes sont venus du Guatemala assister au mariage de leur soeur cadette avec un Juif orthodoxe originaire de Brooklyn, et la perspective ne les réjouit ni l'un ni l'autre. Car si certains se rendent en Israël pour se rapprocher de la Terre promise, Eduardo n'a fait le voyage que par devoir familial.
La visite de Jérusalem, et en particulier du centre hassidique que fréquentent sa soeur et son futur époux, provoque en lui un malaise croissant. Les jours passent, sous une torpeur étouffante, jusqu'à ce matin où la sensuelle et impulsive Tamara, une Israélienne rencontrée dans un bar d'Antigua Guatemala des années plus tôt, le contraint, le temps d'une excursion au bord de la mer Morte, à affronter les fantômes de son histoire familiale, ces légendes que transportent avec eux les survivants.

Mon avis :
Monastère est un court roman atypique, qui suit le narrateur du Guatemala à Israël pour le mariage de sa sœur. C’est l’occasion pour le personnage principal, de se poser des questions sur la religion, le judaïsme…

Il y a de très bonnes réflexions mais j’ai pourtant eu un gout d’inachevé. Le roman aura pu être traité différemment. Dans la narration, d’abord, on passe d’un sujet a un autre, du passé au présent et je pense que j’aurai davantage aimé un roman plus linéaire.

J’aurai aimé avoir le point de vue de personnage secondaire, d’opposer le personnage central qui rejette la religion avec sa sœur et son futur beau-frère qui eux sont archi-religieux. Et l’autre frère dans tout ça, il ne fait que dormir et se plaindre. Mais quel est son point de vue sur tout ça ?

Enfin Tamara et Yaël, je n’ai pas vraiment cerné leur rôle dans cette histoire. Sont-elles la pour ouvrir les yeux d’Eduardo ?


mercredi 8 mai 2024

Sable noir

 

Résumé : 
De nos jours, dans une région de Sicile recouverte de sable noir, le corps d'une femme momifiée est retrouvé dans une vieille villa située sur les pentes de l'Etna.

L'enquête est confiée à la commissaire Vanina Guarrasi qui, après trois ans passés à Milan, est revenue sur son île natale diriger la brigade criminelle de Catane.

Depuis soixante ans, la villa est presque à l'abandon, et découvrir l'identité du cadavre va se révéler délicat. Aussi Vanina demande-t-elle à Biagio Patane, inspecteur à la retraite marié à une femme fort jalouse, de l'aider.

Grâce aux souvenirs de l'ancien inspecteur, qui la mèneront à Il Valentino, la maison close où tout a débuté, Vanina va pouvoir remonter le temps. Une enquête où pratiques mafieuses et rancœurs teintées de jalousie et de trahison vont se mêler jusqu'à l'éruption finale.

Mon avis : 
Une nouvelle saga policière à découvrir avec une femme commissaire : Vanina Guarrasi. Dès les premières pages, je me suis attachée à elle et j’espère vite la retrouver dans d’autres romans. Je suis assez d’accord avec d’autres lecteurs disant qu’elle est la version féminine de Montalbano.

L’intrigue est intéressante, l’enquête est bien menée et nous replonge dans un meurtre commis, il y a plus de 50 ans. On est loin des policiers scandinaves, avec des détails très noirs, morbides parfois, ici on prend son temps pour résoudre l’enquête en visionnant des films italiens en noir et blanc (passion de Vanina).

J’ai beaucoup aimé les descriptions de la Sicile et de Catane, de la nourriture italienne, de l'Etna et des différences avec Palerme d’où vient Vanina. Ça donne vraiment envie de prendre un billet d’avion pour aller visiter l’île.



mardi 7 mai 2024

Furie

 

Résumé : 
Lana Farrar, ancienne gloire du cinéma hollywoodien, invite ses plus proches amis à passer des vacances sur Aura, une île grecque paradisiaque. L’endroit est magnifique, mais quand une tempête menace ce week-end idyllique, les pires secrets refont surface et l’irréparable se produit.

Cette histoire a fait la une des journaux du monde entier.

Depuis, beaucoup de rumeurs circulent au sujet de cette nuit terrible. Jusqu’à présent, je m’en suis tenu à l’écart. Je n’avais pas la force de me replonger dans ce que nous avions vécu.

Vous vous demandez qui je suis ?
Je m’appelle Elliot Chase, et ce soir-là, j’étais présent.

Nous étions sept en tout, prisonniers de ce décor sublime.
Mais l’un de nous était un meurtrier.

Mon avis : 
J’avais beaucoup aimé les livres précédents d’Alex Michaelides (The Silent Patient and The Maidens) et j’attendais avec impatience ce nouveau roman mais je suis extrêmement déçue.

Tout d’abord, le scenario est vu et revu, rien d’original et m’a fait penser à un roman que j’ai lu récemment : Invitation à un assassinat de Carmen Posadas.

Les personnages sont détestables, tous sans aucune exception. Il est impossible de s’identifier à l’un d’entre eux et forme un petit groupe affreux.

Enfin, il y a un twist final qui aurait pu être bien si on ne le voyait pas arriver dès les premières pages…. Bref, un roman a éviter.

Un fils exemplaire

 

Résumé : 
En épousant Barney, Belle a offusqué ses parents, beaucoup trop conservateurs pour cautionner l'union de leur fille avec le maréchal-ferrant du village. Un petit Timothy est né deux ans plus tard. Il a comblé sa mère qui consacrait paisiblement son temps libre à la Société historique locale. Mais la félicité conjugale ne durera pas : Barney tombe amoureux. Un amour fou qui, confesse-t-il, ne lui laisse d'autre choix que de s'enfuir. Belle n'a rien vu venir. Elle se réfugie dans l'amour de son fils. C'est une autre plage de bonheur qui va se compliquer car il tombe lui aussi amoureux alors que sa mère va connaître pour la première fois la passion avec un homme nettement plus jeune qu'elle. Angela Huth nous donne un grand roman sur le sentiment amoureux et décrit merveilleusement, comme le dit Balzac, "cette bataille dans le coeur des mères qu'elles sentent instinctivement les effets de la grande émancipation de l'amour et qu'elles comprennent tout ce que ce sentiment va leur emporter".

Mon avis : 
Il y a longtemps que je voulais découvrir un roman d’Angela Huth et j’ai vraiment été conquise par Un fils exemplaire.

On suit la relation de Belle et de son fils Tim. Dès les premières pages, le mari de Belle fuit avec une autre femme et Belle se raccroche à son fils. Cette relation très complice prend un tournant plus difficile quand Tim entre dans l’adolescence puis commence à fréquenter des filles. Belle quand a-elle, succombe aux charmes d’un homme proche de l’âge de son fils…

Etant moi-même, maman de deux garçons, j’ai trouvé ce roman très intéressant avec toutes les questions qu’il soulève : comment vit-on la séparation avec son enfant qui grandit ? Quelles sont les limites à ne pas franchir dans la relation mère-fils ? Et comment grandir et construire une vie sentimentale stable avec une mère si intrusive ?

C’est bien écrit, j’ai beaucoup aimé le style, la description de la campagne anglaise et je ne devrais pas tardé a lire un autre roman de l’auteure, puisque d’autres de ses romans sont dans ma PAL.

mercredi 1 mai 2024

Sur la route de Key West

 

Résumé : 
Sur la route des Keys, l'amour et la mort sont au rendez-vousTom Baldwin est écrivain. Deux jours avant Noël, il est victime avec son fils Josh d'un terrible accident de voiture.
Quand il se réveille à l'hôpital, il apprend que Josh est mort.
Peut-on encore croire en la vie après une telle tragédie ?
Tom, en tout cas, change la sienne : il quitte New York pour s'installer dans les Keys de Floride.
Lorsqu'il décide de louer une maison face à l'océan, il ignore que sa vie va encore être bouleversée. Il fait la connaissance de Kay, sa voisine, femme mystérieuse qui semble fascinée par l'écrivain.
Puis, un jour, Tom découvre un courriel anonyme dans sa messagerie : " Ton fils est vivant. "
Le début d'un compte à rebours terrifiant où les apparences sont constamment trompeuses et le danger à chaque tournant.

Mon avis : 
Sur la route de Key West est un roman qui m’a beaucoup plu, et surtout une bonne surprise, je m’attendais à ce que ça soit un Américain et non un Français qui soit auteur de ces lignes.

Le roman est efficace, plein de suspense et de tension. C’est vrai que parfois les ficelles sont un peu grosses mais dans l’ensemble, j’ai beaucoup aimé.

Tom est extrêmement attachant et courageux, forcément, je suis tombée amoureuse de lui (en meme temps qui pourrait lui résister!) et j’ai adoré le suivre dans son enquête. Le seul personnage que je n’ai pas aimé c’est Kay, j’ai trouvé que son personnage était trop versatile, capable de changer d’avis, de camp d’un simple claquement de doigt.

J’ai adoré l’ambiance des Key West, de la Floride si bien décrite : la chaleur, l’humidité, ses palmiers partout, les bayous et ses alligators. Tout ce décor m’a fait rêver et l’auteur m’y a vraiment transporté.

lundi 29 avril 2024

Memories from Limón

 

Résumé : 
De retour chez sa mère, au Costa Rica, un jeune étudiant s'empare d'une boîte de photos anciennes. En fouillant dans les clichés des années 1940, 1950 et 1960, et en interrogeant les témoins de ce passé, il retrace une histoire familiale secrète, nouée autour d'un triangle amoureux entre une jeune fille et deux frères. Les zones d'ombre se combinent avec les lumières de la ville portuaire de Limón sur la côte caraïbe, la nostalgie avec la violence.

Dans ce premier roman graphique inspiré par sa propre histoire familiale, Edo Brenes construit un récit d'une grande maîtrise, dans lequel les dialogues et les dessins des photos originales se combinent pour tisser une habile narration entre passé et présent.

Mon avis : 
‘Memories from Limon’ est un roman graphique que j’ai beaucoup aimé. Ramiro vit en Angleterre depuis plusieurs années et profite d’un voyage au Costa-Rica pour retracer l’histoire de sa famille. Il va alors déterrer un secret de famille : un triangle amoureux.

J’ai vraiment beaucoup aimé les dessins qui m’ont donné envie de visiter ce beau pays. Ramiro est un personnage attachant tous comme l’ensemble de sa famille et je n’avais pas envie de les quitter.

J’aurais peut-être aimé avoir plus de détails sur le pays et ses coutumes mais je comprends le choix de l’auteur de se focaliser sur l’histoire familiale.

En tout cas, j’ai vraiment aimé le style de l’auteur et je suis curieuse de découvrir ses autres romans graphiques.