vendredi 8 août 2014

La femme qui pleure

Résumé :


Ida attend son procès. Dans une sorte d’amnésie cotonneuse, elle s’essaie à dénouer les fils qui l’ont menée jusqu’à cette chambre d’hôpital psychiatrique. Elle comprend peu à peu qu’elle a commis l’irréparable.

Mais au fond qui est-elle ? A qui s’adresse-t-elle continuellement ? Qui est Adrien ? Est-il son amant, est-elle sa victime, l’a-t-il manipulée et brisée ? Quelle relation entretenait-elle avec son fils Alexandre, qu’elle couvait d’un amour exclusif ?

Ida délie pour nous le long ruban des hommes de sa vie. Elle ausculte le mécanisme de la dépendance amoureuse dans laquelle elle a sombré jusqu’à perpétrer le plus terrifiant des actes

Mon avis :


Déniché au hasard dans un charity shop, le résumé de la quatrième de couverture s’annonçait prometteur. J'avais adoré le cimetière des poupées de Mazarine Pingeot et le résumé ici m'y a aussitôt fait penser. La comparaison s’arrête ici car la femme qui pleure me m'a pas conquise.

Viktor Lazlo livre ici un très bon premier roman, l’écriture est vive mais son héroïne m'a laissé de glace. C'est une femme complexe avec laquelle on ne sait jamais sur quel pied danser. Entre réalité et folie, l'héroïne vacille, prend conscience de ses actes, mais rejette la faute toujours sur autrui. Notamment sur Adrien, homme aussi très complexe. Ils entretiennent une étrange relation et même si l’héroïne semble l'aimer je n'ai pas bien compris pourquoi elle restait si passive face a lui, pourquoi elle ne l'a pas quitté plus tôt....
Son comportement est aussi très étrange par rapport a son fils. Cette femme n'a semble pas du tout l'instinct maternelle, alors pourquoi faire cet enfant, car jamais elle ne semble s'en intéresser.

C'est un roman qui prend aux tripes comme on dit, un roman dérangeant parfois mais qui se lit très rapidement.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire