vendredi 7 juillet 2017

Les jeunes mariés

Résumé : 

Depuis qu’elle est toute petite, Amina rêve d’ailleurs. De chocolat Cadbury et de pantalons à l’occidentale. D’hivers rigoureux et de discussions en anglais. De quitter le Bangladesh pour offrir un nouvel avenir à ses parents vieillissants. Quand, sur AsianEuro.com, elle fait la connaissance de George, un ingénieur américain de trente-cinq ans, elle accepte sans hésiter sa demande en mariage… Mais si la famille de George essaie tant bien que mal de l’accueillir, Amina perçoit dans l’atmosphère hypocrite des déjeuners dominicaux tous leurs préjugés. Sur sa religion, dans un contexte post-11 septembre encore brûlant. Sur le besoin qu’elle a de faire venir ses parents au plus vite, une fois obtenu son passeport américain. Quand s’ajoutent au fossé culturel les non-dits d’une relation apparemment sans histoires, les États-Unis cessent définitivement de ressembler à une terre promise pour Amina. 

Mon avis : 

Première rencontre avec Nell Freudenberger et je dois dire que je suis conquise. J'ai passé un très bon moment avec Les jeunes mariés où l'on fait la rencontre d'Amina. Celle-ci vient de rencontrer son futur époux sur un site internet. Elle est originaire du Bangladesh, lui est américain. Elle va ensuite quitter son pays et nous faire part de ses aventures, ses peurs, les différences de cultures....

C'est un roman vraiment prenant et je dois dire que je me suis attachée à notre héroïne. Vivre loin de son pays et de sa famille est dur et je l'ai trouvé très courageuse. Elle nous parle aussi de son pays d'origine : le Bangladesh et le dépaysement est total.
"Au bout de deux heures, ils arrivèrent au fleuve. Elle descendit du bus avec les autres passagers et grimpa sur le pont supérieur du ferry par une échelle de bord rouillée pour prendre un peu l'air. Elle se dit que George aurait aimé photographier les fines nasses en bambou qui dépassaient du fleuve comme de gigantesques arcs tendus et les pêcheurs qui vérifiaient leur filets accroupis sur leur radeaux, indifférents au ferry bondé. Elle n'avait pas cessé de répéter à son mari que le Bangladesh était magnifique une fois que l'on sortait des villes, mais durant les neuf jours qu'il avait passé dans son pays, ils n'avaient pas été plus loin que le Mémorial des martyrs de la nation à Savar. A présent, elle se demandait s'il serait de son avis. Malgré la brume dense, on distinguait la végétation sur la rive opposée ; des bouquets de jacinthes d'eau flottaient comme de minuscules iles devant le ferry. Si l'on se tenait au bastingage en dirigeant le regard droit devant, on apercevait un paysage où il n'y avait pas un être humain : juste un grand cormoran noir planant au ras de l'eau, dont seule l'ombre floue aux contours improbables révélait la présence du soleil caché."

L’écriture de Nell Freudenberger est fluide et l'on tourne les pages a vitesse grand v. Je suis curieuse d'en découvrir plus sur l'auteure et lire d'autres de ses romans.

Lu dans le cadre du :
- Challenge de l'été

Aucun commentaire:

Publier un commentaire