samedi 27 septembre 2014

Désordre et sentimens

Résumé :


« Un petit récit haut en couleur écrit spécialement pour vous. Une fantaisie, vous verrez... Un moment de complicité joyeuse que je dédie à toutes celles dont on a brisé le cœur un jour et qui en sourient à présent. Puisque la lecture, c'est bien connu, console de tous les chagrins ! »

Mon avis :


Il y avait longtemps que je n'avais pas lu de romans d'Anna Gavalda et c'est avec plaisir que je l'ai retrouvé avec "Désordre et sentiments".

Avec cette nouvelle, nous découvrons deux sœurs très complices très complices : "J'ignore ce dont "les copines" discutent entre elles quand elles se téléphonent ou qu'elles se retrouvent autour d'un verre. J'ignore même ce que le mot "copine" signifie, je n'en ai jamais eu. Mais j'ai une sœur a la place. Un petite Lili née six ans après moi et qui a pris celle de  toutes les autres en revenant de la maternité. Qui me fut peluche, poupée, doudou, chiot, chaton, Barbie, Polly Pocket tête a coiffer, a maquiller, princesse, mendiante, maîtresse ou fée selon le pailleté des baguettes et qui m'est devenue, avec les années, camarade de régiment, coéquipière en solitaire, entremetteuse en coups plus ou moins foireux, supporter, consolatrice, Eau de Ricqles ou fleur d'oranger, directrice de conscience, boite a secrets, crachoir, défouloir, muse, témoin de mariage, marraine d'enfant, béquille d'âme, bouée dans la foule, phare dans la nuit, écho dans le... de... je pourrais continuer comme ça très longtemps, mais j'ai peur de vous ennuyer...."

C'est une histoire très girly, peut-être un peu difficile au première abord. Le ton est assez familier et peut surprendre. Alors c'est sur que ce n'est pas de la grande littérature mais on passe un excellent moment.

Et puis les allusions a Jane Austen m'ont fait beaucoup rire : "Est-ce que vous connaissez Jane Austen ? Est-ce que vous avez lu Raison et Sentiments, Orgueil et préjugés ? Non ? Emma peut-être ? Non plus ? Dommage car cela vous aurait donné une idée parfaitement juste de notre sensibilité et de la valeur de notre belle amitié.
Dans les romans de Jane Austen, il y a toujours un moment ou l'une  des soeurs, souvent la plus âgée, console sa cadette des tourments amoureux qui l'affligent en la raisonnant tendrement. (Tenderly, en v.o.)"


Aucun commentaire:

Publier un commentaire