lundi 1 août 2016

Elle s'appelait Tomoji

Résumé : 


Tomoji Uchida a fondé un temple bouddhiste au Japon.
Loin de décrire le quotidien de Tomoji, Jirô Taniguchi a pris le parti de raconter son enfance. De son premier souffle en 1912 jusqu’aux quelques jours qui suivent son mariage avec Fumiako Itô, l’auteur s’arrête sur quelques bribes de ce que fut la jeunesse de cette femme. Née dans une famille unie et aimante, Tomoji fut orpheline de père à l’âge de quatre ans. Peu de temps après, leur mère abandonne le foyer, laissant ainsi ses trois enfants à la garde de leur grand-mère maternelle. L’aïeule les prend en charge sans que jamais elle ne remette en cause leur place à ses côtés. Tomoji grandit entre l’école, les travaux dans les champs et l’aide à apporter au magasin qu’avait créé son père. Les années se succèderont, alternées de petites joies et de peines immenses.

Mon avis : 


Jiro Taniguchi est un auteur de manga que j'aime beaucoup et je suis encore une fois conquise par "Elle s'appelait Tomoji". On plonge ici dans les années 20 et l'on fait la connaissance de Tomoji. C'est toute sa jeunesse qui est relatée au fil des pages : sa naissance, l'arrivée de sa petite sœur, la mort de son père.... jusqu’à son mariage.
Sur fond de biographie, on assiste aussi à quelques évènements historiques comme le séisme de 1923.

Les dessins sont comme toujours sublimes et apportent une touche en plus à ce manga qui brille déjà par son scénario. Le rythme est lent, et au final, il y a très peu d'action mais pourtant on ne s'ennuie pas une minute. On assiste aux évènements de la vie de Tomoji, on découvre sa vie difficile au cœur de la campagne : les décès, les longues marches pour aller à l’école, les taches ménagères a effectuer.....

Tomoji est un personnage attachant et que l'on suit avec plaisir. C'est une femme déterminée, qui malgré les épreuves, s'en sort très bien. Ce manga est une très belle découverte.

Lu dans le cadre du challenge :
- Raconte moi l'Asie, V2

Aucun commentaire:

Publier un commentaire