dimanche 30 octobre 2016

Balades irlandaises

Résumé : 


C'est bien connu, les filles d'Irlande ont une sainte horreur qu'on leur marche sur les pieds ! Elles n'hésitent pas à parcourir la moitié du monde pour tomber amoureuses, à faire retapisser leur maison en rose sans en parler à leur mari, ou à le planter là pour partir en week-end entre copines !

Laissez-passer entrainer par ces quatre nouvelles fraiches et enlevées dans une sympathique escapade chez nos voisines les Irlandaises.

Mon avis : 


J'ai déniché ce recueil de quatre nouvelles chez emaus et pour être honnête avec vous chez un libraire, je ne l'aurai même pas regarder. Je l'ai donc acheté un peu au hasard et a cause de son titre : vivant depuis bientôt cinq ans en Irlande, c'était l'occasion de découvrir des auteurs que je ne connaissais pas. Et j'ai passé un excellent moment ! Les quatre nouvelles sont fraîches et tournent autour de quatre couples avec beaucoup d'humour.

Thelma et Louise... et les Apollons de Cathy Kelly 
Deux copines partent en vacances aux États-Unis et font la connaissance de deux Apollons. Si la première craquent immédiatement, la seconde jeune femme se laisse séduire doucement car elle manque énormément de confiance en elle :
"Je mesure un mètre soixante-quatre, j'ai une silhouette toute en courbes (ce qui revient à dire que je n'aurai jamais besoin d'un Wonderbra de chez Marks & Spencer mais que je suis la candidate idéale pour leur culotte gainante) et ce genre de teint celtique qui fait si génial sur les Corrs mais pas si bien sur une femme aux pommettes moins saillantes. Mes cheveux sont mon meilleur atout, je pense : longs, ondulés et de la couleur du bronze en fusion, comme se plaît à le souligner mon père avec tendresse."
C'est une chouette nouvelle, l'histoire d'une belle rencontre.

Le vingt-huitième jour de Catherine Barry
Ah les hormones ! Toutes les femmes se retrouveront dans cette nouvelle. L'héroïne s'apprête à avoir ses règles et la journée du vingt-huitième jour est un cauchemar pour elle et son entourage.
"Je sais que j'ai le SPM. Je sais ce que c'est - Syndrome Prémenstruel. Je sais pourquoi ça arrive. Je sais tout à propos du déséquilibre hormonal. Mais tout le savoir du monde n'apaisera pas l'orage terrifiant qui menace notre domicile habituellement heureux. Je sais que ça passe et que je ne peux rien contre ce que je ressens. N'empêche, ça ne me supprimera pas mon envie de planter un couteau dans l’œil de Michael."
Catherine Barry nous raconte avec beaucoup d'humour cette journée cauchemardesque que toutes les femmes subissent (et d'ailleurs aussi un peu les maris !)

Week-end entre filles de Marisa Mackle
Cette nouvelle ressemble beaucoup à la première. C'est l'histoire d'une jeune fille qui attend que son fiancé rentre d'un séjour en Espagne avec ses copains. Elle s'ennuie chez elle et sa meilleure amie décident de l'emmener en week-end à Galway pour profiter. Forcement, ce week-end va se terminer par une rencontre.
"Jusqu'à présent, Emma avait toujours adoré dire ça aux gens. Je suis prise avait un petit coté réconfortant. Comme Je suis fiancée, ou j'ai déjà un petit ami..., mon copain et moi... Ou tout simplement Nous.
A présent, ça avait plutot un coté rebutant et ennuyeux.
Tout un coup, elle avait envie de crier quelque chose de complètement dingue du genre : Je suis libre ! Je suis prête ! ou bien Que touts les hommes célibataires présents dans le bar se lèvent !"

Un homme de terrain de Tina Reilly
C'est l'histoire d'une jeune femme qui s'ennuie avec son mari. En même temps, à la lecture du portrait du mari, vous comprendrez très vite pourquoi : c'est un syndicaliste qui remet tout au lendemain, qui ne fait rien dans la maison, qui adore parler de lui pour dire comment il est formidable et puis il est fou de sa mère !
Bref, elle va tout faire pour le faire réagir mais va vite s'en mordre les doigts. C'est une nouvelle vraiment très drôle.
"C'est Peter.
Il ne perd jamais, il trouve simplement un autre chemin pour atteindre la victoire.

Syndicaliste jusqu'au bout."

Bref, c'est un excellent recueil de nouvelles, dommage qu'ils soient si court car j'aurai bien continuer ma lecture un peu plus. En tout cas c'est 144 pages sont un vrai bonheur et pleines de légèreté qui font vraiment du bien.

Lu dans le cadre du challenge :
-ABC romance 2016

vendredi 28 octobre 2016

La trilogie du Baztán, tome 1 : Le gardien invisible

Résumé : 


Le cadavre d’une jeune fille est découvert sur les bords de la rivière Baztán dans une étrange mise en scène. Très vite, les croyances basques surgissent : et si toute cette horreur était l’œuvre du basajaun, un être mythologique ? L’inspectrice Amaia Salazar, femme de tête en charge de l’enquête, se voit contrainte de revenir sur les lieux de son enfance qu’elle a tenté de fuir toute sa vie durant. Jonglant entre les techniques d’investigation scientifique modernes et les croyances populaires, Amaia Salazar devra mettre la main sur ce gardien invisible qui perturbe la vie paisible des habitants d’Elizondo.

Mon avis : 

J'ai toujours eu envie de visiter le pays Basque mais après la lecture de se roman, j'ai juste envie de sauter dans le premier avion qui part. Dolores Redondo, en dehors de la très bonne enquête, nous fait découvrir sa région de façon merveilleuse. Les paysages, la gastronomie, les légendes et même quelques mots en basque, je ne peux qu'être conquise par le roman.
"Amaia sourit aux souvenirs des légendes que lui avait racontées tante Engrasi dans son enfance. Il n’était pas étrange, au milieu de cette forêt, de croire à l'existence de ces créatures magiques qui avait forgé la culture ancestrale de la région. Toutes les forêts sont puissante, certaines redoutables car profondes et mystérieuses, d'autres sombres et sinistres. Dans le Baztán, la foret est fascinante, d'une beauté sereine et ancestrale qui symbolise malgré elle son visage le plus humain, le plus éthéré et enfantin, celui qui croit aux fées merveilleuses qui vivaient dans la forêt, et qui dormaient toute la journée pour sortir à la tombée de la nui afin de coiffer leurs longs cheveux dorés avec un peigne d'or qui conférait à son possesseur le don de voir ses réaliser n'importe quelle faveur. Faveur qu'elles accordaient aux hommes qui, séduits par leur beauté, leur tenaient compagnie, sans être épouvantés par leurs extrémités palmées. Amaia sentait dans cette forêt des présences si tangibles qu'il était facile d'y accepter l’existence d'un monde merveilleux, un pouvoir de l'arbre supérieur à l'homme, et d’évoquer le temps ou, en ces lieux et dans toute la vallée, êtres magiques et humains vivaient en harmonie. "
Son adaptation sort sur grand écran prochaine et j’espère qu'elle sera a la hauteur du roman car l'auteure a mis la barre très haute !

Mais parlons un peu de l'intrigue. On fait la connaissance de l'inspectrice Amaia Salazar, une jeune femme attachante qui cache une part d'ombre. Elle est à la tête d'une équipe de policier pour résoudre une série de meurtres de jeunes filles. Comme toujours, très mauvaise enquêtrice, j'ai soupçonné tout le monde sauf, la bonne personne et je dois dire que les révélations finales m'ont surprises. L'intrigue, en tout cas, est passionnante. On oscille entre la réalité et le mystérieux, la vérité et les légendes, l'enquête et la mythologie.

Vous l'aurez compris ce premier tome est un régal et est surtout très prometteur pour la suite que je ne tarderai pas à dévorer !

Lu dans le cadre des challenges :
- ABC policier, thriller 2016

- Pavés 2016-2017

Te retrouver

Résumé : 


Marco et son frère Andrea se sont perdus de vue après le traumatisme de la mort de leur mère. Le premier est devenu propriétaire d’un restaurant à Londres tandis que le second s’est marié et poursuit une carrière d’ingénieur en Italie. Deux vies lointaines et très différentes, bientôt réunies le jour où leur père appelle Marco, déclarant d’une voix bizarre : « Je t’ai enfin retrouvé. » Cette étrange révélation survient après une chute qui n’a pourtant provoqué, semble-t-il, qu’une fracture du fémur. Mais très rapidement, les médecins et les deux frères perçoivent d’autres symptômes alarmants. Et bientôt tombe le diagnostic, terrible : leur père est atteint d’une maladie mentale dégénérative. Irréversible.
Commence alors pour Marco et Andrea une nouvelle existence, une nouvelle relation car aucun d’eux n’envisage d’abandonner leur père à son triste sort. L’occasion pour eux de renouer des liens familiaux, fraternels et de voir ressurgir, pour Marco, un amour qu’il croyait à jamais révolu. En décidant, dans des circonstances douloureuses, de retrouver leur passé, les deux frères vont-ils choisir un autre chemin de vie ?

Mon avis : 

Voila quelques temps que je veux découvrir Fabio Volo et je dois dire que je ne suis pas déçue. Te retrouver est un joli roman, ou l'on fait la connaissance de Marco et de son frère Andrea. La vie les a éloignés et ils sont extrêmement différents : Andrea est responsable, mature et marié tandis que Marco lui est un séducteur, qui aime faire la fête et profiter de la vie. Et puis quand leur père tombe malade, ils se retrouvent et l'on se rend compte qu'ils sont finalement pas si différents l'un de l'autre et l'on va suivre leurs parcours, leurs décisions....

C'est un roman qui est très bien écrit, qui ne tombe sans dans le drama. Bien, au contraire, l'auteur choisit de rigoler même face a la maladie du père de famille. Fabio Volo nous emmène doucement jusqu'à la fin car même au trois quart du roman, j'étais bien incapable de dire ce qui allait se passer et comment cette histoire allait se terminer.

Les personnages sont attachants, je ne sais toujours pas lequel des deux frères m'a le plus plus. En tout cas, ce sont deux personnages forts, très bien décrit par l'auteur, qui nous montrent leurs points forts comme leurs faiblesses.

C'est aussi une belle réflexion sur la vie qui passent, sur les souvenirs, les choix que l'on fait.... :
"Dans les années quatre-vingt, on riait. On riait beaucoup plus.
On riait au travail, a l'école, avec les amis, et surtout, on riait a la télé. C’était une époque merveilleuse. L'Italie remportait la coupe du monde de football en Espagne, pour la musique, le DJ étaient aux commandes, et la dance envahissait peu a peu les ondes et les boites de nuit. Le pape faisait même du ski dans ces années la. On se sentait libre, le mur de Berlin allait tomber
. "

Bref, j'ai passé un excellent moment et je lirai d'autres romans de l'auteur italien qui a su conquérir mon cœur de lectrice.

Lu dans le cadre du challenge :
- ABC 2016

mardi 18 octobre 2016

Le temps d'un très grand week-end ... #13 (du 20 au 24 octobre 2016)

Voici un challenge que j'aime beaucoup et que je rejoins aussi souvent que je peux :Le temps d'un très grand week-end (ou TGWE pour les plus intimes) est organisé sur livraddict par celineJ.
 .....................................................................................................................................................

Le temps d’un très grand week-end … n°13

C’est parti pour la rentrée du TGWE ! J’espère que vos lectures sont prêtes & que vous avez du temps devant vous entre le :
Jeudi 20 octobre 20h30 au Lundi 24 octobre 2016 minuit

Est-ce encore la peine de vous parler de concept ? Oui ? … Bon ben c’est parti !


Première étape, choisir son niveau de lecture pour ce grand week-end …
    Lecteur en herbe : 100 pages
    Lecteur amateur : 101 à 250 pages
    Lecteur confirmé : 251 à 450 pages
    Lecteur suprême : 451 à 600 pages
    Lecteur divin : 601 à 800 pages lues
    Lecteur divin suprême : + de 801 pages lues


Deuxième étape, vous choisissez 3 consignes qui se rapporteront à vos lectures du week-end …
     Lire un livre dont le héros principal est étudiant
     Lire un livre de votre genre préféré    
 Lire un livre de plus de 300 pages
     Lire un livre dont la couverture est Bordeaux, marron ou noire
     Lire un livre conseillé par un(e) ami(e)
     Lire un livre acheté exprès pour ce challenge !
     Lire une BD ou un manga
     Lire au moins 50 pages par jour
     Lire un livre qui fait peur le soir
     Relire un livre que vous avez adoré
     Commencer une nouvelle série
     Lire un livre du genre fantastique avec vampire, loup-garou & co !
     Lire un livre qui va vous faire pleurer à coup sûre ! (oui je sais, elle est bizarre cette consigne !)
     Lire un livre culte !


Troisième étape, choisir 3 actions à réaliser lors de ce week-end lecture …
    Créer ou continuer son bullet Journal (puisque c’est la mode !)
    Aller se balader en famille
    Parcourir les rayons d’une librairie ou se faire plaisir en papeterie !
    Écouter de la musique
    Prendre soin de soi
    Bosser (eh oui … tout le monde n’est pas forcément en week-end !)
    Prendre au moins 2 photos par jours de tout ce que vous voulez & les partager avec nous
    Écrire une lettre
    Se lancer dans un nouveau challenge (perso ou lecture ou sur la toile …)


....................................................................................................................................................................
Déroulement de mon long week-end :
Bilan mitigé pour ce week-end. Si j'ai attends mon nombre de pages, je n'ai lu qu'un seul roman....
Je ferai mieux la prochaine fois !

Challenge So Classic - Deuxième édition (jusqu'au 10 octobre 2017)

Je me suis lancée un nouveau défi et je me suis inscrite a ce nouveau challenge organisé par Mathilde C sur livraddict. Le but sortir 10 classiques de ma PAL pendant une année.

......................................................................................................................................................

Quel est le but du challenge ?

Lire 10 classiques en un an ! La date officielle est du 10 octobre 2016 au 10 octobre 2017 mais vous pouvez prendre le challenge en cours de route et donc le finir un an plus tard ! (par exemple, vous arrivez le 18 février 2016, votre challenge se terminera non pas le 10 octobre mais le 18 février 2017 !)

D'ailleurs CHOSE IMPORTANTE : Pour ceux qui auraient pris le challenge plus tard lors de la première édition, rappelez-le moi que je puisse le noter ! Ainsi, vous pouvez continuer votre première session et ne devez pas tout recommencer !

C'est tout ?

Et bien oui ! Mais après, vous pouvez vous lancer des défis personnels ! Comme lire des classiques de différentes nationalités, ne lire que des auteures féminines ou le contraire,...

Quelque chose en plus cette année ?

En effet ! Je me suis rendue compte que la plupart des classiques qu'on pouvait lire avait été adaptés en film ou en série, alors cette année, en plus de lire les classiques, il faudra regarder les adaptations des livres lus ! (au maximum mais vous n'êtes pas obligés de le faire pour tous !

............................................................................................................................................

Mes lectures :  
- Arlequin, serviteur de deux maîtres / Goldoni [ma critique]
- Noces de sang suivi de La maison de Bernarda Alba/
- Le pavillon des Parfums-Réunis / You Qu et Zen Li [ma critique]
- Loin de la foule déchaînée / Thomas Hardy [ma critique]
- L'héritage Belton / Anthony Trollope [ma critique]
- Tess d'Urberville / Thomas Hardy [ma critique]
-
-
-
-
Bilan : 6/10

Agatha Raisin and the Potted Gardener (tome 3)

Résumé : 


To impress her neighbor, James Lacey, Agatha Raisin takes up gardening and plans to enter the prestigious Carsely Horticultural Contest, but the competition is soon threatened by sabotage and murder.

Mon avis : 

Agatha Raisin est un personnage que j'aime beaucoup et après avoir adoré les deux premiers tomes, je me suis jetée le week-end  dernier sur ce troisième tome que j'ai dévoré en deux jours. Autant vous dire que les tomes suivants vont vite suivre.... Mais ça c'est une autre histoire, restons plutôt sur cet troisième enquête. Je pense que ce tome est pour l'instant mon préféré pour plusieurs raisons.

On retrouve Agatha et son voisin qui joue au jeu du chat et de la souris, ils se tournent autour mais il y a toujours un imprévu qui les empêche vraiment d'avoir une histoire. En l'occurrence, ici, une nouvelle habitante vient s'installer au village. Elle est jolie, divorcée et ne laisse pas James indiffèrent. En plus, elle jardine très bien. Ni une ni deux, notre Agatha, va elle aussi se mettre au jardinage mais pour cette citadine, ce n'est pas chose facile. La première moitié ne traite que de ça et il n'y a aucune enquête en vue. Malgré tout, on ne s'ennuie pas une seconde, bien au contraire. La plume de l'auteure est toujours aussi succulente et on rigole franchement tandis qu'Agatha se met toujours dans des situations improbables.

Cette nouvelle habitante vient à mourir, assassinée et la deuxième moitié du roman se consacre à l'enquête menée comme toujours par nos deux acolytes. Comme toujours, l'auteur nous mène sur de fausses pistes. L'intrigue est intéressante et l'on passe à nouveau un très bon moment.

Lu dans le challenge :
- Dans toutes les langues.

samedi 15 octobre 2016

Agatha Raisin enquête, tome 02 : Remède de cheval

Résumé :


Agatha Raisin, s'intégrant peu à peu à son petit village, fait la connaissance de Paul, le vétérinaire, qui ne semble pas insensible à ses charmes. Mais celui-ci est retrouvé mort, victime d'une injection de tranquillisant destiné au cheval de Lord Pendlebury. Agatha ne croit pas à l'accident et prend l'enquête en main. Son nouveau voisin, le colonel Lacey, d'habitude distant, accepte de l'aider.

Mon avis : 

Après avoir beaucoup aimé le premier tome et la série télé, je continue  avec ce deuxième tome. Et je dois dire, que j'ai entamé des hier soir, le tome 3, impatiente de découvrir la suite !

Comme toujours, on passe un bon moment avec Agatha et ses enquêtes. Après la quiche empoissonnée, c'est l'arrivée d'un nouveau vétérinaire qui fait beaucoup parler de lui dans le village.
" Devinez-quoi ! demanda-t-elle.
- Un autre meurtre ? annonça l’épouse du pasteur.
- Mieux que ça. Notre nouveau vétérinaire m'invite à dîner ce soir." 

Mais quand celui-ci meurt mystérieusement, Agatha, bien évidemment, va s'en mêler et partir a la recherche du ou des assassins.

Agatha est toujours aussi drôle et toujours amoureuse de son voisins mais celui-ci semble plutôt effrayé par notre enquêtrice. Leur relation est donc forcement un plus qui m'a fait beaucoup rire :
"Une fois le feu allumé et le chat nourri, un whisky bien tassé dans le gosier, Agatha sentit qu'elle survivrait. Que James Lacey aille se faire foutre, lui et ses congénères !"

Bref  je suis conquise et je file rejoindre le tome 3. De votre coté, si vous n'avez pas encore fait la connaissance d'Agatha, il faut vite remédier à ça.

lundi 10 octobre 2016

Héritiers des Highlands, tome 1 : Le Ravisseur

Résumé : 


1685. Davina Montgomery est le secret le mieux gardé de la couronne. Fille de Jacques II, elle a grandi au couvent pour y recevoir clandestinement une éducation catholique. Lorsque son père meurt, elle doit lui succéder. Après un acte de trahison terrible, son identité est révélée, et sa place convoitée par des candidats au trône prêts à tout pour la supprimer. Heureusement, Robert MacGregor, fils d’un puissant lord Écossais et futur chef de clan, va la tirer de ce mauvais sort en l’emmenant jusqu’à son île de Skye natale. Pendant leur périlleuse chevauchée, ils sont irrésistiblement attirés l’un par l’autre. Bientôt, leur désir leur permettra de triompher de tous les obstacles...

Mon avis : 

Les critiques sont plutôt moyennes sur ce premier tome de la saga  Héritiers des Highlands mais, de mon coté, je dirais que j'ai passé un bon moment. Certes, il ne faut pas s'attendre a de la grande littérature mais de temps en temps, j'aime un peu de légèreté.

J'ai donc embarqué pour l'Ecosse et fait la connaissance de Davina qui vit recluse dans un couvent :
"Réfugiée au sommet du clocher qui dominait l'abbaye Saint-Christopher, Davina Montgomery se laisser envelopper par le silence d'un monde chargé de mystère. La nuit et les gardes venus défendre les religieuses veillaient depuis plusieurs heures déjà sur le repos paisible de ces dernières. Seul Davina ne parvenait pas à trouver le sommeil. Les étoiles qui parsemaient le vaste ciel indigo qui s’étendait au-dessus d'elle paraissaient si proches qu'il lui semblait pouvoir les toucher du bout des doigts. Quel était son vœu le plus cher ? Pour tout réponse, elle tourna des yeux égarés en direction de l’Angleterre, puis, avec une égale nostalgie, vers les sommets nimbés par le clair de lune au nord. Quelle vie choisirait-elle, si elle en avait le choix ? Quel sort était-il le plus enviable : disparaître de la mémoire des hommes ou bien vivre parmi eux dans l'anonymat le plus complet ? Elle n'aurait su le dire. Le visage tourné face au vent, elle esquiva un sourire maussade et se serra dans sa bure de novice. Inutile de ses creuser la tête au sujet de l'avenir quand les dés ont été jetés depuis longtemps ! Le futur ne lui réservait aucune surprise. La routine monastique était sans imprévus. Elle aurait tout le temps de s'en convaincre, si elle passait l'année ! Mieux valait chasser de sa pensée ses rêves inaccessibles"

Elle nous cache son identité pendant un bon tiers du roman, mais l'on sait quelle est un personnage important. Quand l'abbaye se fait attaquer, elle est secourue par des Highlanders courageux et parmi eux Robert, le chef du clan. Ils se plaisent au premier regards et vont jouer au chat et a la souris.
Pour la protéger, il  va l'a ramené chez lui sur l'île de Skye et en faire son épouse.
"Camlochlin était un petit havre confortablement blotti entre des collines de bruyères battues par les vents printaniers et des monts aux sommets escarpés encore emmitouflés dans leur écharpes de brume. Tandis que la petite troupe descendait au galop le chemin de crête à travers les vallons violaces, Davina eut tout loisir de s’imprégner de la vue grandiose qu'offrait le château qui se découpait sur le noir éperon de la montagne. Avec ses tourelles à créneaux et ses guetteurs armes qui surveillaient les remparts, Camlochlin Castle était une forteresse impressionnante. Mais, comme c'était également la demeure de Robert, elle se dit qu'elle y trouverait sûrement la chaleur d'un foyer.
Un cheptel de minuscules chaumières et de moutons blancs laineux s’élançait à l’assaut des vallées en pente douce jusqu'aux versants de Bla Bheinn en direction du nord, tandis que des nuages moutonnants venus de Loch Scavaig à l’ouest descendaient vers la baie de Camas Fhionnairigh dans une lenteur pastorale.
"

C'est un tome sans surprise, le scénario est plutôt plat, l'intrigue historique est inexistante mais les personnages sont attachants alors on se laisse prendre au jeu et on finit par dévorer le roman en deux jours. Je suis malgré tout curieuse de découvrir la suite de la saga et de retrouver certains personnages auxquels je me suis attachée.

Lu dans le cadre du challenge : 
- ABC romance 2016

Double Faute

Résumé : 


Ulysse et Ludovic ont été entraînés au tennis par leur père dès leur plus jeune âge, dans le but d'en faire des champions. Ulysse, victime d'une blessure à l'âge de 14 ans, décide de tout arrêter pour vivre comme les autres adolescents. Deux ans plus tard, Ludovic s'écroule en plein match et se retrouve dans le coma.

Mon avis :

Tout d'abord, je tiens a remercier les éditions Gallimard Jeunesse pour l'envoi de ce roman, un mois avant sa sortie.

Double faute, sous ses allures de roman jeunesse, cache en réalité un roman difficile, aux thèmes vraiment adultes comme le handicap, l'alcoolisme, le dopage....

On y rencontre Ulysse qui vit assez mal son adolescence, toujours dans l'ombre de son grand frère. Petits, ils ont été entraînés pour être champion de tennis mais Ulysse, m'a pas voulu continuer. Ludovic, lui gagne tout ses matchs, jusqu'au jour ou il s'écroule sur le court, victime d'un AVC. A partir de ce moment, la vie de la famille va être bouleversée.
"Combien de fois avais-je rêvé de changer de vie ? Tout recommencer ailleurs, autrement, avoir une nouvelle chance. J'avais fait des vœux à chaque Nouvel An, les nuits d'été à chaque étoile filante, à la rentrée de septembre j'avais pris des tas de résolutions.
Y croire ou en rêver, ça suffit à redonner de l'élan. Mais quand ça arrive en vrai, c'est une tout autre histoire.


J'avais un a priori avant de commencer ce roman : le tennis c'est pas vraiment ma tasse de thé... Mais en fait, ce sport se retrouve vraiment en toile de fond, tandis qu'Ulysse nous fait part de ses problèmes d'adolescent.
"Cette fille incarnait la vie, l'insolence, elle me donnait la force d'envisager l'avenir. Loin d'eux. MA vie.
Elle continuait à se dénuder peu à peu.
J'ai reculé d'un pas.
Je l'ai contemplée, le souffle coupé, heureux que personne d'autre que moi ne puisse voir à quel point elle était belle.
"

C'est une belle découverte, pas un coup de cœur, mais j'ai passé un bon moment de lecture. L'écriture de l'auteure

dimanche 9 octobre 2016

Une irrépressible et coupable passion

Résumé : 


Ruth Snyder, voluptueuse, téméraire mais imprudente, veut se débarrasser d'Albert, son mari, violent et dénué d'amour. Pour arriver à ses fins, elle séduit Judd Gray, petit représentant en lingerie féminine rencontré dans un boui-boui de Manhattan. Le roman relate ce crime sanglant qui a scandalisé l'Amérique en 1927, puisant dans les minutes de l'audience, les récits des meurtriers et la presse.

Mon avis : 

J'ai ce roman dans ma PAL depuis très longtemps et je me suis enfin décidée a l'en sortir pour un challenge. Ron Hansen se base sur un fait-divers des années 20 pour reconstituer l'histoire de Ruth Snyder qui assassinat son mari avec l'aide de son amant Henry Judd Gray. Ici, on connaît déjà la fin mais c'est l'occasion de découvrir l'histoire des deux protagonistes et de se poser la question : comment en sont-ils arriver la ?

On découvre deux personnages complexes qui se rencontrent et commence par s'aimer. Leur relation est destructrice, charnelle et dominatrice. En refermant, ce livre, je suis reste perplexe sur la santé mentale de Ruth. Quand a Henry, je me demande toujours comment il a pu être entraîné dans cette histoire. "Je suis habité par deux êtres différents, Ruth. L'un s'efforce d'avoir une vie normale, mais il en est complètement incapable, tandis que l'autre aspire au bizarre, à l'interdit et exerce un ascendant grandissant sur moi. Je suis une épave. Je cherche ma veste partout, puis je m'aperçois que je l'ai sur le dos. J'ouvre les robinets de la baignoire, puis j'oublie et j'inonde par terre. J'ai l'impression d'être dans le coma."

Si le début est un peu long a se mettre en place, très vite le lecteur est pris par le suspense. On découvre avec minutie comment ils ont planifié le meurtre mais le plus passionnant est sans aucun doute le récit du procès. "Il y a quelque chose d'anormal chez toute personne qui commet un meurtre. Laissez de côté la psychologie. Tenez-vous en à la loi."

Il y a tout de même quelque chose de dérangeant dans ce roman car on se sent forcement voyeur. On épie Ruth et Henry lors de leur ébats sexuels, lors de l'exécution de leur plan sordide mais surtout l'auteur ne nous épargne aucun détails de leur exécution sur la chaise électrique. On en ressort forcement assez chamboulés.
"Trois des aliénistes prirent des notes, tandis que le Dr Thomas Cusack relançait :
- Mais qu'est-ce qui vous intéresse ou vous excite chez le sexe opposé ?
Judd détourna le regard et garda le silence, ruminant si longtemps la question que les médecins eurent des doutes sur sa sincérité quand il finit par lâcher :
- Je ne suis pas tant attiré chez les femmes par leur beauté ou leurs simples appas que par leur élégance et leur intelligence.
L'un des médecins nota sur son bloc : "Efféminé ?" Et un autre, en dessous : "Menteur".
"

C'est la première fois que je rencontre l'auteur, Ron Hansen, et je dois dire que j'ai été conquise par son style et son écriture. Deux autres de ses romans attendent dans ma PAL et je prendrais plaisir a le retrouver prochainement.

Lu dans le cadre du challenge :
- ABC 2016

samedi 8 octobre 2016

Pas pleurer

Résumé : 


Deux voix entrelacées. Celle, révoltée, de Bernanos, témoin direct de la guerre civile espagnole, qui dénonce la terreur exercée par les Nationaux avec la bénédiction de l’Église contre « les mauvais pauvres ». Celle, roborative, de Montse, mère de la narratrice et « mauvaise pauvre », qui a tout gommé de sa mémoire, hormis les jours enchantés de l’insurrection libertaire par laquelle s’ouvrit la guerre de 36 dans certaines régions d’Espagne, des jours qui comptèrent parmi les plus intenses de sa vie. Deux paroles, deux visions qui résonnent étrangement avec notre présent et qui font apparaître l’art romanesque de Lydie Salvayre dans toute sa force, entre violence et légèreté, entre brutalité et finesse, porté par une prose tantôt impeccable, tantôt joyeusement malmenée.

Mon avis : 

Pas pleurer est une surprise pour moi : je vois le bandeau sur la couverture qui indique que ce roman a gagné le prix Goncourt 2014, que je suis la 200ème personnes a critiquer ce livre sur babelio, et que Lydie Salvayre semble avoir écrit une ribambelle d'autres romans... et pourtant, je n'avais jamais entendu parlé de ce livre et l'ai dégoté par hasard.

Comme on dit souvent le hasard fait bien les choses puisque j'ai adoré ce roman.

Une femme décide d'écrire au sujet de sa mére, Montsé, avant qu'elle ne perde la tête, et  cette dernière lui raconte comme elle a vécu la guerre civile espagnole. Parallèlement, s'élève la voix de Bernados. Deux récits qui s'entrecroisent pour nous faire découvrir l'histoire du pays. Pas besoin d'avoir une multitude de connaissances historiques car l'auteure nous explique les faits et les détails avec minutie. Son récit est passionnant, mêlant français et espagnol. D'habitude je me plains toujours quand dans un livre, je trouve des mots anglais qui peuvent être facilement traduits et remplacés, mais ici, l'espagnol a toute sa place et renforce le roman.
C'est un livre que l'on dévore, tant l’écriture de l'auteure est belle. Je suis maintenant, bien curieuse de découvrir d'autres de ses romans.

jeudi 6 octobre 2016

Et puis, Paulette...

Résumé : 

Ferdinand vit seul dans sa grande ferme vide. Et ça ne le rend pas franchement joyeux. Un jour, après un violent orage, il passe chez sa voisine avec ses petits-fils et découvre que son toit est sur le point de s’effondrer. À l’évidence, elle n’a nulle part où aller. Très naturellement, les Lulus (6 et 8 ans) lui suggèrent de l’inviter à la ferme. L’idée le fait sourire. Mais ce n’est pas si simple, certaines choses se font, d’autres pas…
Après une longue nuit de réflexion, il finit tout de même par aller la chercher.
De fil en aiguille, la ferme va se remplir, s’agiter, recommencer à fonctionner. Un ami d’enfance devenu veuf, deux très vieilles dames affolées, des étudiants un peu paumés, un amour naissant, des animaux. Et puis, Paulette…

Mon avis : 

Je connaissais déjà Barbara Constantine mais il y avait longtemps que je ne l'avais pas lu. Avec Et puis Paulette... ont retrouve son style bien a elle et l''on dévore ce roman avec plaisir. Et si j'étais sceptique au début, j'ai finalement beaucoup aimé et refermer ce roman avec un peu de tristesse de devoir laisser les personnages.

Ferdinand vit seul dans une grande maison et commence par héberger sa voisine dans la maison a été endommagée lors d'un orage. Et puis petit a petit d'autres habitants vont venir s'installer chez lui pour former une sacrée tribus. On ne peut qu’être touchés par ce roman qui ne tombe jamais dans le drama vu le ton joyeux que l'auteur utilise. D'ailleurs on rit franchement, a certaines situation ou certaines expressions.

Je me suis demandée au fil des pages qui pouvait bien être cette fameuse Paulette et c'est dans les dernières pages que l'on le découvre. Bref c'est une jolie lecture que je recommande vraiment.

dimanche 2 octobre 2016

Des cercueils trop fleuris

Résumé : 


Le crime fleurit à Kyoto dans les écoles d'ikebana. Quand l'art floral traditionnel japonais cesse d'être un mystère, meurtres, vengeances et fraudes fiscales se succèdent dans les temples et les pavillons du thé.

Mon avis : 

Voila un roman policier plutôt intéressant qui nous fait découvrir le monde de l'Ikebana ou l'art floral japonais. Je dois dire que pour nous, lecteurs européens, c'est on ne peut plus exotique et dépaysant. L'auteure a su documenter a merveille son roman pour nous faire décrire sa culture.

Tout commence par la visite de Miss Catherine, fille du vice président américain, au Japon. Cette jeune femme est fascinée par la culture japonaise et souhaite pratiquer l'ikebana.
"A l'origine , les arts traditionnels japonais étaient marqués d'un profond désir de simplicité et de naturel. Ayant atteint un raffinement proche de la perfection, la tradition s'était transmise au fil des siècles en développant autour d'elle des réseaux d'allégeances et de pouvoirs qui dénaturaient le sens de recherche des premiers maîtres. Il en était certainement de même pour l'ikebana : après avoir puisé son extraordinaire vitalité dans une authentique recherche de la pureté, il se trouvait aujourd'hui transformé en immense entreprise commerciale vidée de son âme."

Le neveu d'un ministre ayant passé quelques temps aux États-Unis et donc charger de veiller sur elle et de servir de traducteur. Très vite, nos deux héros vont être confrontés a une série de meurtres et vont se prêter au rôle d’enquêteur.
"Elle avait retrouvé son beau sourire. Elle marqua une légère pause avant de poursuivre.
- A l'université, j'étais vice-présidente du Club des Maîtres du Mystère. J'ai un petit coté Sherlock Holmes en jupons !
- Cela tombe bien, dit Ichiro en riant, car moi je suis très Docteur Watson en kimono !
Comme beaucoup de jeunes Japonais de sa génération, il était, en effet, un lecteur passionné de romans policiers. Il se demanda aussitôt avec curiosité quelle était la "petite idée" de la jeune Américaine sur ce meurtre en apparence si japonais.
"

C'est un roman habillement construit, avec une intrigue incroyablement bien menée. Le suspense est au rendez-vous et si le roman peine un peu a démarrer, il devient très vite passionnant. Nos deux personnages sont attachants et forme un très beau duo.  Bref, c'est une chouette découverte et un très bon moment de lecture.

Lu dans le cadre des challenges : 
- ABC policier, thriller
- Raconte moi l'Asie, v2

samedi 1 octobre 2016

Wife of the Gods

Résumé : 


Introducing Detective Inspector Darko Dawson: dedicated family man, rebel in the office, ace in the field—and one of the most appealing sleuths to come along in years. When we first meet Dawson, he’s been ordered by his cantankerous boss to leave behind his loving wife and young son in Ghana’s capital city to lead a murder investigation: In a shady grove outside the small town of Ketanu, a young woman—a promising medical student—has been found dead under suspicious circumstances. Dawson is fluent in Ketanu’s indigenous language, so he’s the right man for the job, but the local police are less than thrilled with an outsider’s interference. For Dawson, this sleepy corner of Ghana is rife with emotional land mines: an estranged relationship with the family he left behind twenty-five years earlier and the painful memory of his own mother’s inexplicable disappearance. Armed with remarkable insight and a healthy dose of skepticism, Dawson soon finds his cosmopolitan sensibilities clashing with age-old customs, including a disturbing practice in which teenage girls are offered to fetish priests as trokosi, or Wives of the Gods. Delving deeper into the student’s haunting death, Dawson will uncover long-buried secrets that, to his surprise, hit much too close to home.

Mon avis : 

Première rencontre avec l'inspecteur Darko Dawson,  policier au Ghana et certainement pas la dernière car j'ai tellement aimé cette lecture que j'ai acheté les tomes suivants.

Tout d'abord Darko est un personnage attachant, un père de famille et un mari attentionné. Il ne cache pas fumer quelques joints mais personne n'est parfait. Il vit dans la capitale et pour cette enquête, il se retrouve envoyé dans un village pour élucider le meurtre d'une jeune fille qui travailler dans l'humanitaire.  Ce village, il le connaît, car sa mère y a disparut lorsqu'il avait douze ans. C'est l'occasion pour lui de rouvrir le dossier. 

L'adaptation n'est pas facile, car il va se heurter a certaine croyance. C'est pour le lecteur l'occasion de découvrir d'autres coutumes et tradition et le dépaysement et garanti. L'auteur décrit son pays avec merveille et nous montre sa culture sans jamais juger ou prendre parti.

L’enquête est bien menée et  jusqu'au dernière page, on ne sait pas qui est le meurtrier. Bon il faut dire que je suis généralement mauvaise enquêtrice. C'est un roman très bien écrit et qui mérite le détour, pas seulement pour son intrigue, mais juste pour la découverte. Bref, vous l'aurez compris, je suis conquise !

Lu dans le cadre des challenges :
- ABC policier, thriller
- Le tour du monde en 8 ans
- Dans toutes les langues