vendredi 24 mai 2019

Aterträffen

Résumé : 

Fem kvinnor åker till fjällen för en återförening. Det är tjugo år sedan de pluggade ihop och Lisen - som äger ett överdådigt hus i Åre - bjuder in. Trots den inledande champagnen maler oron inför en helg med personer som de egentligen inte känner längre. Helgen börjar glatt med en god middag och prat om gamla minnen, men allt eftersom börjar sprickorna visa sig. Livsbesvikelser och avund kommer i dagen, och medan snöovädret tilltar på fjället övergår den sjudande spänningen i öppen konflikt. De kan inte förlåta vare sig varandra eller sig själva för gamla försyndelser. Och när nya hemligheter når upp till ytan brister fördämningarna. Fem åker dit men bara fyra återvänder hem. I "Återträffen" skriver Camilla Sten och Viveca Sten för första gången tillsammans för vuxna.

Mon avis : 

Viveca et Camilla Sten s’était déjà associées pour l’écriture de la trilogie « L'île des disparus », trois romans jeunesse mais ici c’est le premier roman adulte qu’elles écrivent à quatre mains. Et l’on ressent le talent des deux auteures dans ce court roman.

Lisen, Ulrika, Maria, Karin et Sara sont cinq amis de fac qui se sont perdues de vue au fur des années. Vingt ans après, Lisen leur propose de venir passer le week-end dans son chalet de montagne. L’ambiance de départ est excellente, autour d’un bon repas et du vin et champagne qui coule à flot, on se raconte ses souvenirs et ce que l’on est devenu. Mais dès le lendemain, alors qu’elles sont toutes en train de skier, une tempête de neige se lève et les rancœurs et non-dits refont surface…

J’ai beaucoup aimé découvrir ces cinq personnages féminins, amies d’université et pourtant toutes tellement différentes :
- Lisen, c’est le personnage à qui tout réussi. L’argent ne lui manque pas, son mariage avec Stefan est un succès et c’est une maman comblé.
- Ulrika, a une situation beaucoup plus modeste et a élevé sa fille seule. Aujourd’hui c’est une femme fière de ce qu’elle a accompli mais son passé cache pas mal de blessures qui ne sont pas toutes cicatrisées.
- Maria, elle mise tout sur l’apparence : les habits de marques notamment et après avoir profité de l’argent de papa, elle fait de même avec celui de son mari Tobias. Mais que cache-t-elle derrière les apparences ?
- Karin, la jeune femme secrète, qui observe beaucoup mais qui ne dit pas grand-chose. On sait qu’elle est divorcée mais elle n’en dit pas plus. On sent la tension et la haine qu’elle voue à Lisen mais pourquoi ?
-Enfin Ulrika, je crois que c’est à elle que je me suis le plus identifiée. Elle est mariée à Alf et élève les deux enfants de son premier mariage. Elle vit dans sa petite routine et son confort lui convient. Elle n’est pas vraiment enthousiaste à l’idée de ce week-end de retrouvailles et elle est loin de se douter qu’il va tourner au vinaigre.

C’est un roman habillement construit. Il commence doucement mais très vite on sent la tension qui monte et l’on craint le pire. La fin est totalement inattendue : on se doute qu’un évènement tragique va survenir mais on ne s’attend pas à ce que cela concerne ses deux personnages en question. J’ai beaucoup aimé le style, l’alternance des courts paragraphes ou l’histoire est racontée du point de vue d’Ulrika et de celui de Maria. C’est une vraie réussite et j’ai passé un excellent moment. Je suis vraiment admirative et complètement fan de Viveca et Camilla Sten.
 

jeudi 23 mai 2019

Fantômes et Samouraïs

Résumé : 

Un jeune journaliste très curieux du siècle passé et de ses histoires de fantômes interroge le vieil Hanshichi, qui lui raconte quelques-uns de ses exploits de détective dans le Japon du XIXe siècle. A l'âge de dix-neuf ans, il se distingue pour la première fois dans l'affaire de la Lanterne de pierre, où il peaufine sa méthode de déduction à la manière de Sherlock Holmes. Beaucoup d'autres mystères suivront, tous élucidés avec le brio et la bonhomie qui le caractérisent. Mais Hanshichi ne se contente pas de raconter ces histoires de maison de samouraï hantée, de voleur de kimono, d'incendie, de meurtre, d'esprit vengeur, d'amours clandestines, de moine bouddhiste corrompu. Il y ajoute force détails sur la vie dans le Japon traditionnel, les croyances, les saisons, les façons de s'habiller, et sur une foule de personnages aux petits métiers divers et variés. A la fin de ces quatorze énigmes, le lecteur connaît une bonne partie des coutumes de l'époque et s'est pris d'affection pour cet enquêteur tellement doué et sympathique.

Mon avis : 

Un Sherlock Holmes version japonaise, ça vous tente ? Alors foncez lire Fantômes et Samouraïs, un recueil de nouvelle où un jeune homme nous raconte les enquêtes menées par le grand Hanshichi sous l’ère Edo. 

Et grâce à ce recueil de nouvelles, c’est tout un pan de l’histoire du Japon qui se déroule sous nos yeux. En effet, on découvre les us et coutumes, les diverses croyances et fêtes, la vie des japonais au XIXe siècle. Et rien que pour ça, le livre est juste passionnant. D’ailleurs chapeau au traducteur pour toutes les notes que l’on retrouve au fil des pages et qui nous éclaire un peu plus. 

L’écriture de Kidô Okamoto n’a absolument pas pris une ride et les nouvelles se dévorent en un rien de temps. 

Malgré tout, si je devais trouver un point négatif, à cette lecture, ça serait sans aucun doute l’irrégularité des nouvelles. C’est d’ailleurs souvent le cas dans un recueil de nouvelles, c’est qu’il y a toujours certaines intrigues qui sortent vraiment du lot, tandis que d’autres sont justes un peu inférieures. C’est le cas ici où certaines nouvelles m’ont passionné et j’en garderai un souvenir fort tandis que d’autres sont sitôt lues, sitôt oubliées.

Je suis malgré tout contente d’avoir fait cette découverte et je lirai sans aucun doute la suite parue sous le titre Fantômes et kimonos.
 

dimanche 19 mai 2019

An unwanted guest

Résumé : 


We can’t choose the strangers we meet.
As the guests arrive at beautiful, remote Mitchell’s Inn, they’re all looking forward to a relaxing weekend deep in the forest, miles from anywhere. They watch their fellow guests with interest, from a polite distance. 
Usually we can avoid the people who make us nervous, make us afraid.
With a violent storm raging, the group finds itself completely cut off from the outside world. Nobody can get in – or out. And then the first body is found . . . and the horrifying truth comes to light. There’s a killer among them – and nowhere to run.
Until we find ourselves in a situation we can’t escape. Trapped.

Mon avis : 

Première rencontre avec Shari Lapena, et pourtant ce n’est pas faute d’avoir L’étranger dans la maison et le couple d’à côté dans ma PAL depuis très longtemps….  Mais parfois, je me méfie des romans ou écrivains qui ont « trop » de succès, qui sont trop plébiscités par les critiques car j’ai toujours peur d’avoir trop d’attentes et d’être déçue.
Je me suis donc lancée dans la lecture de  « An unwanted guest », sans avoir lu une seule critique pour me faire ma propre idée. Et je dois dire que maintenant, je comprends le succès que l’auteure a car j’ai adoré ce roman.

A la lecture de la quatrième de couverture, le scénario est vu et revu : plusieurs personnes décident, le temps d’un week-end, de se reposer dans un hôtel de charme en pleine forêt. Là-bas, pas de réseaux mobiles ni d’internet, le but est vraiment de se ressourcer. Seulement c’est une tempête de neige et de verglas qui s’abat sur l’hôtel et qui les prive en plus d’électricité. Très vite, un meurtre est commis, puis un second… Le meurtrier est forcément l’un deux mais qui ?

Pourtant, c’est un huis-clos passionnant et l’auteure a su construire un excellent roman sans tomber dans la facilité. On suspecte tour à tour chaque personnage, l’auteure laisse pourtant trainer des indices par-ci par-là, mais tout prends vraiment forme dans les dernières pages avec les révélations que je n’avais absolument pas vu venir.  L’enquête est bien menée, d’abord par les résidents de l’hôtel qui sont livrés à eux-mêmes et où la paranoïa les prend et où tout le monde se méfie de tout le monde. Puis par la police dans les dernières pages.

Je me suis attachée aux personnages que l’on apprend à connaitre aux fils des pages. Ils sont bien plus complexes qu’ils n’y apparaissent aux premiers abords dans les premières pages. En effet, tous ou presque cachent un secret, une blessure qui les a amené là où ils sont aujourd’hui. David reste mon personnage préféré, avocat, la quarantaine, il vient ici pour souffler. Gwen accompagne son amie Riley, elles se connaissent depuis leur étude de journaliste et Riley est traumatisée après 3 ans en Afghanistan à couvrir la guerre. Matthew et Dana, récemment fiancés viennent ici échapper au stress des préparatifs de leur mariage. Autres couples présents Ian et Lauren ou encore Beverly et Henry au bord du divorce. Enfin Candice qui est la seule, pour se consacrer à l’écriture de son roman. Jake le propriétaire de l’hôtel et Bradley son fils, vont tenter de prendre soin d’eux pendant ce week-end qui va se révéler sanglant.

J’ai beaucoup apprécié la plume et le style de Shari Lapena, le roman est rempli de suspense, on frissonne à l’idée d’être enfermée dans cet hôtel et comme nos protagonistes, on devient très vite suspicieux. Les chapitres sont courts, on alterne les points de vue et j’ai pris un réel plaisir à cette lecture. Maintenant, je sais que je peux me lancer sans crainte dans les autres romans de l’auteure.