mercredi 13 février 2019

Le gardien de phare

Résumé : 

Par une nuit d'été, une femme se jette dans sa voiture. Les mains qu'elle pose sur le volant sont couvertes de sang. Avec son petit garçon sur le siège arrière, Annie s'enfuit vers le seul endroit où elle se sent en sécurité : la maison de vacances familiale, l'ancienne résidence du gardien de phare, sur l'île de Gråskär, dans l'archipel de Fjällbacka. Quelques jours plus tard, un homme est assassiné dans son appartement à Fjällbacka. Mats Sverin venait de regagner sa ville natale, après avoir travaillé plusieurs années à Göteborg dans une association d'aide aux femmes maltraitées. Il était apprécié de tous, et pourtant, quand la police de Tanumshede commence à fouiller dans son passé, elle se heurte à un mur de secrets. Bientôt, il s'avère qu'avant de mourir Mats est allé rendre une visite nocturne à Annie, son amour de jeunesse, sur l'île de Gråskär - appelée par les gens du cru "l'île aux esprits", car les morts, dit-on, ne la quittent jamais et parlent aux vivants... Erica, quant à elle, est plus que jamais sur tous les fronts. Tout en s'occupant de ses bébés jumeaux, elle enquête sur la mort de Mats, qu'elle connaissait depuis le lycée, comme Annie. Elle s'efforce aussi de soutenir sa soeur Anna, victime, à la fin de La Sirène, d'un terrible accident de voiture aux conséquences dramatiques...

Mon avis : 

Septième enquête pour Erica et Patrik et toujours le même plaisir de les retrouver.  Le gardien de faire suit plusieurs personnages dans le passé et le présent. Dans le présent, Patrik travaille à résoudre le meurtre de Mats Sverin tandis que l'on suit l'histoire des fantômes de l'île de Gråskär et de ses habitants. Jusqu’aux dernières pages, il est difficile de faire le lien et pourtant certains éléments étaient assez prévisibles. 

L'enquête est prenante et le suspense est bien présent du début à la fin. Mais c'est surtout le duo Erica et Patrik qui apporte beaucoup au roman. Erica va encore une fois fourrer son nez dans les affaires de son mari et trouver la faille. Patrik quant à lui est toujours aussi mignon et attentionné. Sur un plan plus personnel, Erica est sur tous les fronts car elle essaie de soutenir sa sœur qui est encore une fois frappé par une tragédie.

J'ai pris plaisir à dévorer ce roman et il me tarde maintenant de commencer La faiseuse d'ange. Le dépaysement est à nouveau total et me donne à chaque fois plus envie de sillonner la Suède.

mardi 12 février 2019

Nine perfect strangers

Résumé : 

Could ten days at a health resort really change you forever? These nine perfect strangers are about to find out...

Mon avis : 


Un nouveau roman de Liane Moriarty, forcément, je saute sur l’occasion et quel plaisir de retrouver sa plume ! Je ne suis pas passée très loin du coup de cœur pour ce roman.

Avec Nine perfect strangers, comme son titre l’indique, nous suivons sur une semaine le quotidien de neuf inconnus qui ont un point commun : s’être inscrits dans un centre de « remise en forme ». Ils vont se livrer à une déconnexion totale (pas d’internet, de télé, de téléphone) au milieu du bush australien et suivre des cours de Tai chi, de méditation, de yoga. Leur alimentation est bien sur très équilibrée et ils boivent plusieurs fois par jour des smoothies. Bref, jusqu’ici, ça semble très tentant mais ils ne sont pas au bout de leurs surprises car cette cure va être bien plus extrême qu’ils ne l’imaginaient. 

Tous nos personnages sont tellement attachants et comme avec la plupart des romans de l’auteure, les chapitres sont courts et alternes chaque personnage. C’est toujours un peu déstabilisant car il faut se remémorer qui est qui mais très vite on s’y fait. Au fil du roman, on découvre Frances, l’auteure de romance a succès dont la vie sentimentale et un chaos et dont le dernier roman vient d’être refusé, Tony qui est en surpoids depuis sa retraite sportive, Lars, l’avocat qui ne vit que pour son travail, Napoleon, sa femme Heather et leur fille Zoe, qui viennent se retrouver ici après le suicide du fils, Carmel qui ne rêve que de perdre du poids pour reconquérir son mari, Ben et Jessica dont le couple bat de l’aile à cause du fait qu’il soit devenus riches en gagnant au lot et bien sûr Masha, la directrice du centre et ses deux employés Yao et Delilah. Bref, c’est une vraie belle brochette de personnage qui n’ont rien en commun mais qui vont se serrer les coudes. 

Ça aurait pu être un coup de cœur mais je suis légèrement déçue par la fin du roman. Tout d’abord, je m’attendais à une plus grosse révélation sur Masha, je voulais quelque chose de vraiment croustillant et tout ça est retombé comme un soufflet. Ensuite, cette cure a pris une tournure un peu trop burlesque et j’ai trouvé que l’auteure en avait peut-être fait un peu trop… Malgré tout, le roman est exquis et l’on passe un excellent moment. Une bonne découverte qui j’espère sera bientôt traduite car cette histoire mérite d’être connue.
 

mardi 5 février 2019

Le Pays du nuage blanc

Résumé : 

«Église anglicane de Christchurch (Nouvelle-Zélande) recherche jeunes femmes honorables pour contracter mariage avec messieurs de notre paroisse bénéficiant tous d'une réputation irréprochable.»

Londres, 1852. Hélène, préceptrice, décide de répondre à cette annonce et de tenter l'aventure. Sur le bateau qui la mène au Pays du nuage blanc, elle fait la connaissance de Gwyneira, une aristocrate désargentée promise à l'héritier d'un magnat de la laine. Ni l'une ni l'autre ne connaissent leur futur époux.

Une nouvelle vie - pleine d'imprévus - commence pour les deux jeunes femmes, qu'une amitié indéfectible lie désormais...

Mon avis : 

Le pays du nuage blanc est le premier tome d’une saga qui se veut prometteuse. Ce n’est pas de la grande littérature mais c’est sans prise de tête et j’ai passé un bon moment à découvrir cette romance historique.

On suit deux héroïnes qui quittent l’Angleterre pour se marier a de parfaits inconnus en Nouvelle-Zélande. Nous sommes en 1882, et le voyage est à lui seul très éprouvant. Hélène espère rencontrer l’homme qui dans ses lettres s’est montré si charmant tandis que Gwyneira rêve d’un aventurier digne des romans à l’eau de rose qu’elle affectionne. Malheureusement, elles vont vite être déçues.

C’est une belle aventure que j’ai vécu au côté de deux femmes courageuses, plus de 25h d’écoute en livre audio, interprété par Marine Royer. J’ai beaucoup aimé le dépaysement, la découverte de la culture maorie et les contrées encore très sauvages de la Nouvelle- Zélande. J’ai trouvé les personnages tellement fortes pour partir ainsi vivre à l’autre bout de la planète (moi qui suis expatriée en Irlande à seulement 1h d’avion de chez moi, je ne m’imagine pas partir si loin). On entrevoit aussi les ravages de la colonisation et j’espère que cet aspect sera davantage développé dans les prochains tomes.

Nos héroïnes sont attachantes et j’ai pris plaisir à les suivre. Par contre, j’ai été un peu surprise par le portrait que l’auteur fait des hommes, à part une ou deux exceptions près, ils sont tous absolument abominables (alcooliques, violents, mesquins…).
Je suis curieuse de lire la suite et de découvrir l’avenir des enfants et petits-enfants d’Hélène et de Gwyneira et j’espère que leurs aventures seront toutes aussi prenantes.

mercredi 30 janvier 2019

Recettes d'amour et de meurtre

Résumé : 

Tannie Maria, veuve, panique lorsqu'elle apprend qu'elle doit désormais se consacrer aux courriers du cœur du journal local de sa ville, à la place de sa chronique culinaire. Mais elle se rend compte qu'elle peut aider ses lecteurs en glissant des recettes dans ses conseils. Jusqu'à ce que l'une de ses lectrices soit assassinée. Tannie décide de mener elle-même l'enquête.

Mon avis : 

Ce roman me faisait envie depuis sa sortie car il combine tout ce que j’aime : du dépaysement, de la cuisine, un roman qui fait du bien et surtout de la cuisine et des recettes gourmandes. Bref, j’étais sur d’être conquise et je ne suis pas déçue !

Ce premier tome n’est pas sans rappeler Les Enquêtes de Mma Ramotswe signé Alexander McCall Smith. Mais ici, nous ne sommes pas au Botswana mais en Afrique du Sud, un autre pays totalement fascinant. Le dépaysement est totale surtout lorsque l’on finit le roman sous la neige de janvier, tandis qu’au fils des pages, on ne parle de que chaleur et canicule.

Tannie Maria est un personnage attachant qui écrit des recettes de cuisine et répond au courrier du cœur dans une gazette. Avec sa collègue Jessie, elles vont se retrouver enquêtrices pour notre plus grand plaisir. L’intrigue est habillement menée, alors certes, on est loin des polars noirs scandinaves, ici l’enquête est plus un prétexte pour un roman bonbon mais j’ai aimé suivre leurs aventures car elles ont l’art de se fourrer dans le pétrin à chaque nouvelle tentative d’enquête.

Tous les personnages secondaires sont attachants mais avec mon cœur d’artichaut c’est de Henk Kannemeyer que je suis tombée amoureuse. J’ai hâte de lire la suite et j’espère qu’il sera de la partie lui aussi.

Gros bonus, pas mal de recettes de cuisine sont inclus à la suite du roman. Je ne sais pas si je vais m’y risquer mais j’adore cette petite attention. Et puis surtout, rien que de les lire, on en a déjà l’eau a la bouche.

mardi 29 janvier 2019

Mauvais genre


Résumé : 


Hugo Nicollini est un garçon différent des autres gamins de son âge. Un père brutal. Une maman protectrice. Un soir, il est témoin d'une dispute entre ses parents. Une de plus. Une de trop. Cette fois-ci, sa mère succombera sous la violence des coups.
Vingt-trois ans plus tard, l'équipe du commandant Rebecca de Lost enquête sur la mort d'une jeune femme, sauvagement poignardée dans son appartement. Pas d'effraction. Pas de vol. Pas de traces de défense. L'entourage de la victime est passé au crible, et l'histoire du petit Hugo va refaire surface bien malgré lui.

Mon avis : 

Tout d’abord, je remercie les éditions Taurnada pour l’envoi de ce roman et tout particulièrement Joël, ainsi que leur grande patience pour venir à bout de cette lecture en souffrant d’une panne de lecture de plus de trois mois. Ne pensez pas que ce roman n’est pas prenant bien au contraire, le suspense est présent du début à la fin mais l’envie de lire s’était belle et bien envolée. Heureusement, c’est derrière moi, pour un bon moment, j’espère et ce genre de roman me donne encore plus envie de me remettre à la lecture pour de bon.

Je ne suis pas passée très loin du coup de cœur pour ce roman, il n’y a que certains scènes très violentes qui m’ont parfois dérangé (je pense notamment à la première scène du roman qui n’a pas du choquer que moi). L’intrigue est très bien ficelée et mêle différents personnages. Hugo, Rebecca, un tueur en série qui refait surface, des lettres de menaces et des tentatives d’intimidation sur Rebecca. Bref, il se passe beaucoup de choses, les rebondissements s’enchainent et j’ai imaginé une montagne de scénarii possibles sans bien évidement m’approcher de la révélation finale.

Rebecca est un personnage qui m’a plu, elle est attachante, professionnelle dans ses enquêtes et une femme épanouie dans les bras de Tom. J’ai aimé être à ses côtés lors de ma lecture.

C’était la première fois que je lisais Isabelle Villain et je suis bluffée par ce roman très documenté en matière de psychologie, de criminalité et d’enquêtes. Son style d’écriture m’a un peu dérangé au départ : l’emploi du présent, des phrases courtes, j’avais presque l’impression de lire un scénario de film. Et puis je m’y suis faite et au final, je trouve que le style se prête plutôt bien au roman.

Bref, je suis conquise et je ne peux que vous recommandez ce roman si vous voulez du suspense et une bonne enquête !

lundi 21 janvier 2019

Le poids des secrets, tome 4 : Wasurenagusa

Résumé :

Je réfléchis à l'histoire de mes parents, que le bonze m'a racontée. Au début, j'ai été choqué, mais, à mesure que j'y pense, j'ai le sentiment qu'ils étaient simplement les victimes d'une tradition familiale. Pour mon père, ce fut une humiliation de se savoir stérile. Et pour ma mère, ce fut une catastrophe de ne pas pouvoir tomber enceinte et d'être jugée stérile à la place de mon père. - A.S.

Mon avis : 

Aki Shimazaki est une auteure que j’aime beaucoup et j’ai à nouveau pris plaisir avec un de ses romans. Wasurenagusa est l’histoire d’un homme, héritier d’une grande lignée qui découvre sa stérilité après son divorce. Ses parents le pousse a vite se remarier pour avoir un héritier mais lui tombe amoureux d’une femme plus pauvre et mère célibataire que ses parents n’approuvent pas.

C’est un très beau roman, court et magnifiquement bien écrit comme toujours. Poétique et plein de pudeur on suit l’histoire de Kenji qui est attachant, le sujet traité est grave : la stérilité mais jamais on ne tombe dans le drame. Il est confronté à ses choix, sa famille, les traditions de son pays et des années 30-40.

La révélation finale était attendue, je m’en doutais un peu mais bien évidemment j’ai partagé le choc de Kenji. Il me reste le tome 5 pour finir cette pentalogie et je le refermerai sans doute avec beaucoup de nostalgie.

dimanche 20 janvier 2019

La Révélation de Noël

Résumé : 

Pour Emily Radley, la belle-sœur du célèbre policier Thomas Pitt, les fêtes de Noël s'annoncent désastreuses. Elle doit quitter sur le champs Londres, ses enfants et les mondanités pour passer ce Noël 1895 en Irlande, auprès d'une tante agonisante qui l'a demandée auprès d'elle. Brusquement plongée au cœur du magnifique et sauvage Connemara, dans un petit village perdu au bord de l'océan, Emily ne s'imaginait pas une seconde être confrontée à une affaire de meurtre commis sept ans auparavant. Tandis qu'une tempête ramène sur la grève souvenirs et remords du passé, Emily, aussi à l'aise dans les tourbières irlandaises que dans un salon de la gentry, remue les consciences de la petite communauté, en quête d'un secret bien gardé.
 

Mon avis : 

Comme une envie de prolonger un peu la magie de Noël, je suis partie dans le Connemara, le temps d’un week-end. Au côté d’Emily, je me suis rendue chez une tante mourante qui m’a chargé d’enquêter sur un meurtre commis il y a 7 ans. Lors d’une tempête, un bateau s’est échoué sur la plage du village et un jeune homme amnésique s’en est sorti, jusqu’ici c’est le même scenario qui se répète seulement, il y a 7 ans, le marin s’est montré un peu trop bavard et un habitant du village l’a tué. Qui peut bien être ce meurtrier et qu’elles étaient ses motivations ?

J’ai passé un excellent moment au cœur de cette nature sauvage que j’ai visité il y a quelques années. L’ambiance et l’intrigue s’installe très longtemps et avec ce roman on prend le temps de s’imprégner des lieux. L’enquête m’a plu et je l’ai trouvé réussite même si la conclusion finale est un peu rapidement et facilement amenée. 

Emily est un personnage qui m’a beaucoup plu : elle est attachante et plaisante. J’aurai aimé en connaitre d’avantage sur Daniel ou Brendan, des personnages qui auraient pu être davantage exploitée. En tout cas, la magie de noël opère toujours très bien et je suis une nouvelle fois conquise par cette collection.