lundi 17 septembre 2018

La coupure

Résumé : 

Quand quelques lignes en bas de la colonne des brèves révèlent la découverte d’un squelette de bébé sur un chantier de la banlieue de Londres, la plupart des lecteurs n’y prêtent guère attention. Mais pour trois femmes, cette nouvelle devient impossible à ignorer.
Angela revit à travers elle le pire moment de son existence : quarante ans auparavant, on lui a dérobé sa fille à la maternité. Depuis, elle cherche des réponses.
Pour Emma, jeune éditrice en free lance, c’est le début de la descente aux enfers, car ce fait divers risque fort de mettre son secret le plus noir à jour et de détruire sa vie à jamais.
Quant à Kate, journaliste de renom et avide d’une bonne story, elle flaire là le premier indice d’une affaire qui pourrait bien lui coûter quelques nuits blanches.
Car toutes les histoires ne sont pas bonnes à être publiées... Encore moins quand elles font resurgir des vérités que personne ne souhaite connaître.

Mon avis : 

Ce week-end, je me suis enfin décidée à m’abonner à Audible et j’ai téléchargé mon premier livre audio avec ce service. Et je pense qu’on peut dire que je suis conquise puisque 48h plus tard, j’ai fini La coupure et c’est 11h d’écoute !

J’avais entendu le nom de Fiona Barton à la sortie de son premier roman La veuve, roman qui est toujours dans ma wish-list d’ailleurs et j’ai eu envie de découvrir son univers. Je peux vous dire que c’est très certainement une auteure à suivre. La coupure tourne autour de la découverte dans squelette de nourrisson retrouvé dans un chantier de démolition. On suit alors le destin de trois femmes, Emma qui cache bien des secrets, qui vont ressurgir, Kate, la journaliste qui enquête sur ce fait-divers et puis Angela, dont le bébé a été enlevé à la maternité quarante ans plus tôt et dont elle n’a jamais pu faire le deuil.

C’est un roman passionnant. Une fois commencé on est vraiment happé et il est impossible de stopper sa lecture avant de connaitre le dénouement. J’avais imaginé plusieurs scénarios qui se sont tous avérés faux et j’étais loin de me douter du fin mot de l’histoire. Le format audio renforce encore plus les confessions des personnages, je pense notamment à Emma ou Angela et à leur douloureux passé. Je me suis beaucoup attachée à nos trois héroïnes qui sont des femmes fortes, déterminées malgré les épreuves.

J’ai passé un excellent moment et je vous recommande cette lecture si vous n’avez pas encore choisi parmi toute la sélection de cette rentrée littéraire 2018.
 

dimanche 16 septembre 2018

Le dernier message de Sandrine Madison

Résumé : 

Sam et Sandrine Madison enseignent tous deux — elle l'histoire et lui la littérature — à l'université Coburn, en Géorgie. La nuit où Sandrine succombe à un mélange de vodka et de Demerol, on peut croire à un suicide. Le comportement singulier de Sam lui vaut cependant d’être accusé du meurtre de sa femme, malgré l'absence de preuve.
Aux premières heures du procès, tout est envisageable : Sam semble sincèrement effondré et, à l'entendre, Sandrine avait de bonnes raisons de vouloir mourir. Pour autant, il n'est pas impensable qu'il l'ait tuée : plusieurs témoignages éclairent l'affaire d'un jour nouveau qui ne lui est pas favorable. Les souvenirs de l'accusé, qui se déploient en contrepoint des attaques du procureur et des arguments de l'avocat de la défense, brossent un paysage conjugal d'une extrême complexité, embrouillant le jugement du lecteur.
Des deux conjoints, lequel a manipulé l'autre?

Mon avis : 


J’ai découvert Thomas H. Cook il y a quelques mois avec Au lieu-dit Noir-Étang... qui avait été un vrai coup de cœur et j’ai eu envie de découvrir un autre de ses romans. Une nouvelle fois, je suis conquise mais pas de nouveau coup de cœur pour Le dernier message de Sandrine Madison.

Nous assistons au fil des pages au procès de Sam accusé du meurtre de son épouse Sandrine. Chaque témoin défile à la barre et a nous lecteur de nous faire une opinion sur la mort de Sandrine. Suicide ? Meurtre prémédité ? Tour à tour, l’avocat de l’accusation et celui de la défense vont nous faire douter… J’ai adoré cette construction, assister à un procès sans rien connaitre des personnages et devoir me faire une conviction. 

Ce qui m’a le plus embêté dans ma lecture c’est les personnages. Aucun ne m’a vraiment plu au point de m’y attacher. Je suis restée extérieur au livre et n’est pas réussi a vraiment rentrer dans cette lecture. Malgré ce point, le roman est à nouveau vraiment bien écrit et j’ai reconnu cette plume qui m’avait tant plu dans Au lieu-dit Noir-Étang... Ce ne sera donc pas ma dernière lecture de l’auteur.
 

samedi 15 septembre 2018

Dans ses yeux

Résumé : 

Buenos Aires, 1968 ; Liliana Emma Colotto, enceinte de quelques semaines, est sauvagement violée et étranglée. Benjamin Chaparro, jeune secrétaire au palais de justice, se voit confier l'affaire. Pour tenter d'oublier ses amours contrariées avec Irène, une collègue au charme magnétique, les divagations de son voisin de bureau alcoolique et l'étroitesse d'esprit de sa hiérarchie, Chaparro se lance à corps perdu dans ce sulfureux dossier. Peu à peu, cet homicide devient son obsession : bouleversé par la souffrance du jeune époux de Liliana, il jure de faire condamner le meurtrier. Mais nous sommes dans les années 70, et l'Argentine, en proie à toutes les iniquités, s'enfonce dans la " guerre sale " et les années de plomb. Pour venir à bout de ce qui devient l'affaire de sa vie, Benjamin devra affronter inimitiés politiques, trahisons et exil. Trente ans plus tard, il décide de coucher le terrible récit de ce crime sur le papier. Campé dans l'Argentine de la dictature, Dans ses yeux est une magnifique histoire d'amour doublée d'une brûlante réflexion sur la légitimité de la vengeance.

Mon avis : 

Avec Dans ces yeux, on plonge au cœur de l’Argentine des années 60-70. Benjamin, aujourd’hui, fraichement retraité, se souvient d’une affaire criminelle sur laquelle il a travaillé à l’époque. Alors secrétaire au palais de justice, il avait traité le cas de Liliana Emma Colotto, jeune femme très belle et enceinte, violée et assassinée. Benjamin va alors se donner à 200% dans cette affaire et aujourd’hui il souhaite nous la raconter.

C’est un récit qui se déguste par petite dose. L’écriture et le style sont parfois soutenus, le récit mélange passé et présent et l’enquête avec le quotidien de Benjamin. Ce n’est pas le genre de roman que l’on dévore mais que l’on savoure et qui demande du temps. C’est un roman noir de par l’assassinat de Lilana et j’aurais aimé avoir plus de contexte historique et politique de l’époque qui n'est que rarement évoqué.

J’ai en tout cas passé un très bon moment en compagnie de Benjamin qui est on ne peut plus attachant et déterminé à aller au bout des choses (je parle bien sûr de l’enquête et non avec les femmes, mais ça c’est une autres histoire !)

Ce roman a été plusieurs fois adapté au cinéma, d’abord en Argentine puis un remake américain a ensuite vu le jour et je suis vraiment curieuse de voir ce que cette histoire peut donner sur grand écran. Je ne vous cache pas que la version argentine me tente plus mais par curiosité, je visionnerai sans doute les deux pour me faire une idée.