samedi 14 mai 2016

La maîtresse des épices

Résumé : 


Pour les familiers qui fréquentent le lieu clos et magique de son épicerie, Tilo est maîtresse dans l'art ancestral des épices.
Elle a reçu ce savoir de " Première Mère " sur une île secrète de sa terre natale, l'Inde, au prix de l'obéissance à des règles strictes et dans le respect du service et de la dévotion : elle possède le don de faire chanter les épices, mais aussi de guérir comme une véritable thérapeute. C'est ainsi que, dans ce quartier d'immigrés d'Oakland en Californie, elle se penche humblement, secrètement, sur les malheurs de ses clients.
Elle pratique les mélanges et les incantations, cherche pour chacun l'épice-racine, clef intime qui restaure l'équilibre du corps et de l'âme. Mais Tilo, au cœur généreux et plein de compassion, violera un à un les interdits, dont celui de l'amour, au risque de remettre en cause ses pouvoirs. Dans une prose imagée de conteuse, C. B. Divakaruni dose et brasse odeurs et saveurs en une composition magistralement pimentée, nous initiant à la sagesse des épices maniés comme une discipline pour soulager la détresse et servir les forces de vie.

Mon avis : 


C'est grâce à Ichmagbücher (sur Livraddict) que j'ai sorti ce livre de ma PAL pour en faire une lecture commune. Et je suis un peu déçue, car je m'attendais à vraiment aimer ce roman.

L'écriture de l'auteur est belle et poétique mais le style est vraiment très confus.  Il m'a souvent fallu relire la même phrase ou le même paragraphe pour cerner ce que l'auteur voulait nous expliquer. Tilo est attachante et les personnages secondaires aussi mais la encore ils apparaissent tous au début et quasiment en même temps ce qui n'aide pas forcement le lecteur à la compréhension.

L'intrigue est par contre passionnante, les descriptions des épices fait rêver et le coté fantastique ajoute une petit touche magique.

J'ai profité de ma lecture pour voir le film, et chose rarissime, j'ai préféré le film au livre. L'adaptation cinématographique met plus l'accent sur la romance entre Tilo et Raven.

Bref bilan en demi-teinte pour ce roman indien qui malgré tout m'aura fait voyager.

Lu dans le cadre du challenge :
- Raconte-moi l'Asie
- Challenge des adaptations

Aucun commentaire:

Publier un commentaire