lundi 22 février 2016

La maison aux esprits


Résumé : 



Entre féérie et cauchemar la saga de la famille Trueba avec son chef Esteban, riche propriétaire parti de rien, tyran familial et sénateur musclé, sa femme Clara hypersensible et qui dialogue volontiers avec les esprits et une foule de personnages, enfants légitimes ou non, employés, paysans. Portrait d'un pays passé sans transition des traditions rurales à l'horreur des tyrannies modernes. Premier roman de la nièce de l'ancien président du Chili.

Mon avis : 


Isabel Allende est une auteure que j'adore et j'ai a nouveau été conquise par ce magnifique roman qu'est "La maison aux esprits". 

Elle retrace ici, une fresque familiale sur plusieurs générations. Tout commence quand Clara est enfant puis on l'a suite adulte et enfin grand-mère. Elle retrace la vie de sa famille, ses parents, son frères et sœurs, son mari, ses enfants et sa petite fille au travers le Chili qui connait des grands changements. Changement politique, car bien sur la dictature et les différents gouvernements sont en toile de fond, mais on découvre aussi le mouvement des suffragettes, l’arrivée des automobiles....

Le réalisme magique est présent et donne beaucoup de charme au roman : les cheveux verts de Rosa et Alba, les objets qui bougent d'un seul regard de Clara, les dons pour lire l'avenir..... 
J'ai prolongé le plaisir de ma lecture en regardant le film de 1993. Forcément,  difficile de rendre plus de 500 pages en seulement 2h de film. Beaucoup de détails sont donc passer à la trappe. 

Malgré tout le casting est à la hauteur : Meryl Streep, Jeremy Irons, Antonio Banderas, Glenn Close..... Bref que des grands noms du cinéma.

Je vous conseille les deux si vous ne connaissez pas encore La maison aux esprits.

Lu dans le cadre du challenge :
- Adaptations 

2 commentaires:

  1. Décidément il faudrait que je tente celui-ci !

    RépondreSupprimer
  2. J'ai le livre dans ma PAL et d'autres romans d'Allende que je dois découvrir... Je n'aime pas trop le réalisme magique mais je verrai bien. Je ne savais pas qu'il avait été adapté, je note

    RépondreSupprimer