dimanche 14 février 2016

A toi

Résumé : 


Un cœur dessiné au rouge à lèvres, transpercé d'un «je t'aime» et signé «A toi». Il n'en faut pas davantage à la perspicace Inès pour découvrir que son mari la trompe, puisque, bien sûr, A toi ce n'est pas elle... Drapée dans sa dignité, elle sauve les apparences mais n'en exerce pas moins une vigilance active. C'est ainsi qu'elle surprend une conversation téléphonique sans équivoque et décide de filer discrètement le mari volage. Elle assiste alors impuissante (et soulagée ?) à l'assassinat d'A toi par les mains de son doux et, d'ordinaire du moins, si prévisible Ernesto qui vient de se défaire de sa secrétaire. Et l'auteur de déployer un thriller tragicomique addictif, avec une femme au bord de la crise de nerfs, prête à toutes les audaces pour éviter l'humiliation publique des femmes bafouées. Surtout ne jamais ressembler à sa pitoyable mère. Pendant qu'elle sillonne la ville de Buenos Aires, sanglée dans un ravissant tailleur de soie beige, subtilisant sans vergogne des pièces à conviction ou interrogeant habilement de présumés témoins qui n'ont rien vu, sa fille adolescente semble de bien méchante humeur. Se pourrait-il qu'elle ait des soucis autrement plus préoccupants ? Un portrait au vitriol des vicissitudes de la vie domestique dans la classe moyenne argentine.

Mon avis : 


 Attention : GROS COUP DE CŒUR !!!
Ce roman policier signé Claudia Piñeiro est une vraie réussite. 

On fait la connaissance d'Ines, femme au foyer, s'occupant d'Ernesto, son mari depuis un vingtaine d'année et de sa fille adolescente. Tout va bien en apparence, jusqu'au jour ou Ines tombe sur un cœur signé "A toi" dans les affaires de son mari. Elle décide donc de l'espionner et découvre qu'il a une liaison avec sa secrétaire. Scénario plutôt classique, seulement des le premier chapitre, Ernesto tue accidentellement la secrétaire sous les yeux de son épouse. Ines va tout mettre en œuvre pour sauver les apparences et tout manigancer pour sauver son mariage. Mais les apparences sont trompeuses et ce roman très riche en rebondissements.

Le style est vraiment très drôle, l'écriture fluide et le roman se dévore en quelques heures a peine tant il est dure de le lâcher.
"Yo pensé, lo tendría que hablar con Ernesto, preguntarle si le pasaba algo. Y casi lo hago. Pero después me dije, ¿y si me pasa como a mi mamá que por preguntar le salió el tiro por la culata? Porque ella veía medio raro a papá y un día fue y le preguntó : "¿Te pasa algo, Roberto?". Y él le dijo: "¡Sí, me pasa que no te soporto más!". Ahí mismo se fue dando un portazo y no lo volvimos a ver. Pobre mí mamá."




Bref si un petit voyage en Argentine vous tente, lisez ce roman, vous ne serez pas déçus. Quand a moi, je vais vite me procurer d'autres romans de l'auteur car c'est une belle découverte.


Lu dans le cadre du challenge :
- ABC policier / thriller

Aucun commentaire:

Publier un commentaire