mardi 2 juillet 2013

L'automne 79

 Lecture commune réalisé avec XL (http://ocommecolomb.blogspot.fr/2013/07/automne-79.html)

 

Résumé : 


Comment se construire contre ses parents ? C’est, au fond, le sujet de ce roman graphique, second volet du travail autobiographique entamé par Hugues Barthe avec L’Été 79. Nous retrouvons Hugues là où nous l’avions laissé à la fin du premier volume. Sa mère, anéantie par la violence de son mari, s’est enfuie de la maison familiale et s’est réfugiée, loin du village, chez une amie en ville. Hugues, lui, est envoyé chez sa tante Dominique et son époux à Besançon. Pour le jeune garçon qui n’est jamais sorti de sa campagne, c’est un émerveillement. Il découvre la ville – les magasins, les musées, les cafés, les librairies –, une vie de famille où les rires remplacent les coups – cela existe donc ! – et une mère de substitution enjouée, rieuse, curieuse, avec elle il peut parler de tout – à la différence de sa propre mère, mutique et dépressive… Mais cette parenthèse enchantée ne dure qu’un temps car, à la fin de l’été, Dominique lui annonce une « bonne » nouvelle qui est en fait une terrible nouvelle : sa mère est retournée vivre avec son père. L’adolescent revient donc chez lui et, rapidement, tout recommence : l’alcool et la violence du père qui, tous les soirs, se déchaîne contre sa mère. Cela durera dix ans encore, dix années pendant lesquelles Hugues grandira sans espoir, sans avenir, isolé dans sa campagne, avec la bande dessinée pour seul refuge. Il sait qu’il doit fuir mais il n’y arrive pas. Le déclic viendra de l’annonce de la maladie mortelle de sa mère. La sachant condamnée, Hugues prend un appartement en ville et décide de vivre de sa passion : la bande dessinée. Mais il lui faudra encore vingt ans pour réussir à dessiner ce qui s’est passé cette année 79. Aujourd’hui, à 47 ans, après bien des souffrances et des essais infructueux, Hugues Barthe a réussi à écrire L’Été 79 et L’Automne 79 – son œuvre la plus importante, sa libération.

Mon avis : 


Je remercie tout d'abord les éditions Nil pour l'envoi de ce roman graphique ainsi que livraddict pour ce premier partenariat.
Et avant de commencer cette critique, je dois vous avouez que je n'ai pas lu le premier tome L'été 79. Il figure dans ma wish list ou longue liste de livre que je veux lire et quand j'ai vu cette suite dans le partenariat proposé par livraddict je n'ai pas hésité, curieuse de vouloir découvrir ce qui se cache derriere ce titre énigmatique. Malgré ca je n'ai pas ressenti de gene pendant ma lecture et j'avais l'impression qu'avec ce deuxieme tome, j'avais toutes les clefs pour comprendre vraiment l'histoire.

Dans un premier temps, c'est la couverture qui m'a le plus attiré : le choix des couleurs donne a l'ensemble quelque chose de tres rétro, tres "seventies". En arriere plan, on distingue un pré avec des vaches (paysage typiquement francais pour moi qui maintenant ai l'habitude des paysage irlandais) et puis c'est deux personnages en premier plan qui nous regarde droit dans les yeux et qui sont intriguant.

Passons maintenant au contenu, Hugues Barthe nous livre ici une part sombre de sa vie : l'alccolisme de son pere et la violence conjugale. Il se confie a nous lecteur avec une grande pudeur car jamais on assiste a des scenes de violence.
Ses parents sont mis en avant, et l'on sent une vraie compléxité : d'un coté le pere, ivre tous les soirs mais qui essaie sans cesse de se racheter. Il a lui meme eu un pere violent et l'on a souvent l'impression qu'il regrette profondément ses actes mais chaque fois il recommence. Et puis d'un autre coté la mere qui subit cette violence et qui essaie sans cesse de quitter ce mari violent sans jamais vraiment y parvenir. On sent chez cette femme un tiraillement entre l'amour, la honte de subir les coups et la peur de ce mari ou encore d'un divorce qui a l'époque n'etait pas si fréquent que maintenant.
Et puis au milieu, il y a l'auteur (et ses freres qui ne sont que tres peu présent). Je l'ai beaucoup admiré a travers ses pages : malgré son jeune age, il se montre tres fort et  tres courageux et il a une enorme volonté de s'en sortir. Il va aller jusqu'au bout de ses reves en devenant dessinateur de BD. Et puis le dessin et la lecture sont en meme temps un échapatoire de ce quotidien difficile.
N'oublions pas d'autres personnages importants : l'oncle et surtout la tante (que j'ai vraiment adoré) qui vont vraiment ouvrir l'esprit du jeune homme et lui faire découvrir l'amour et le monde qui l'entoure.

J'ai vraiment adoré les dessins, qui sont vraiment tres reussis et soignés. J'ai aimé me plonger dans l'adolescence de ce jeune garcon, remonter le temps et me retrouver dans les années 70 a écouter cloclo ou encore chanté "Capriiiiiii c'est finiiiiiii".

Comme je disais précédemment l'auteur se livre en toute pudeur, l'écriture est simple mais efficace. C'est un roman graphique que l'on referme avec beaucoup d'émotion et je suis ravie de cette belle découverte.

1 commentaire:

  1. coucou
    ça y est, j'ai publié mon commentaire
    bonne semaine

    RépondreSupprimer