dimanche 25 septembre 2016

Notre Imogène

Résumé : 


Angus Cumbrae aime Janet Leadburn et Janet Leadburn aime Angus Cumbrae. Mais le père de Janet, commerçant respectable, ne veut pas pour gendre d'un mécanicien sans le sou. Alors les tourtereaux décident de fuir. Embusqué près de la maison de sa belle, Angus attend. Eh, oh ! surprise ! c'est Hugh Reston, l'oncle, qui se présente, revolver au poing. Un coup de feu claque et Reston s'écroule, mort. Angus est-il coupable ? trop facile. Imogène Mac Carthery, elle, connaît le meurtrier. Et pourquoi ? Parce qu'elle est la réincarnation de Marie Stuart et parce qu'elle est bien plus maligne que tous les policiers d'Ecosse. Mais elle ne dira rien à cet idiot de Mac Huntly. L'inspecteur n'a qu'à trouver tout seul.

Mon avis : 

Cinquième enquête d'Imogène dans les Highlands écossais et l'on prend toujours autant de plaisir a lire ses aventures.

L'intrigue tourne autour de quelques personnages : Angus Cumbrae et Janet Leadburn sont amoureux mais le père de Janet refuse le mariage.
"Sans plus attendre, Janet se jeta aux pieds de Miss McCarthery, en la suppliant :
- Sauvez-moi ! Sauvez-nous ! Il n'y a que vous qui puissiez nous aider !
Imogène fut un peu surprise devant ce romantique désespoir, mais elle avait si souvent conscience d'être la réincarnation de Marie Stuart que, sans y prêter attention, elle témoigna d'une grandeur qui [...] réconforta la pleureuse. Prenant place dans un fauteuil, l’Écossaise aux cheveux roux, solennelle, déclara : "Je vous écoute, mon enfant."

Puis Hugh Reston, l'oncle de la jeune fille est assassiné et la police soupçonne Angus. Bien sur, Imogène n'est pas de cet avis et va vite le faire savoir.

J'avais deviné une partie de l'intrigue mais pas le meurtrier et encore une fois, l'auteur a construit une bel intrigue qui surprend forcement. Et puis, on rit toujours autant au fil des pages face à ces écossais :"Imogène s'en fut chercher verres et flacon et versa des rasades qui étaient un démenti formel à la réputation de ladrerie des Écossais. Elle leva son verre en un toast silencieux à son hôte et avant de boire, adressa un autre toast à la photographie placée sur le meuble bas ou la maîtresse de maison rangeait ses alcools. Poliment, McHuntly s'enquit :
- Un parent ?
- Mon père... Henry-James-Herbret McCarthery, capitaine au Gordon Highlander et mort trop tôt.
- La guerre ?
- Le whisky.
- Ah ?
- Une distraction fatale. Un soir, il s'est trompé et a bu du whisky irlandais au lieu du scotch. Il ne s'en ai jamais remis et je n'ai jamais bu savoir qui avait osé, au mépris de toutes les règles de la civilité, introduire chez moi ce flacon
."

Il me reste deux tomes mais je suis déjà nostalgique et n'est absolument pas envie de quitter Imogène.

Lu dans le cadre du challenge :
- ABC policier, thriller 2016

Aucun commentaire:

Publier un commentaire