mercredi 14 septembre 2016

Le restaurant de l'amour retrouvé

Résumé : 


Une jeune femme de vingt-cinq ans perd la voix à la suite d’un chagrin d’amour, revient malgré elle chez sa mère, figure fantasque vivant avec un cochon apprivoisé, et découvre ses dons insoupçonnés dans l’art de rendre les gens heureux en cuisinant pour eux des plats médités et préparés comme une prière. Rinco cueille des grenades juchée sur un arbre, visite un champ de navets enfouis sous la neige, et invente pour ses convives des plats uniques qui se préparent et se dégustent dans la lenteur en réveillant leurs émotions enfouies.

Mon avis : 

Attention coup de cœur ! J'ai ce livre depuis très longtemps dans ma PAL et je regrette vraiment de ne pas l'avoir lu avant.

On rencontre Rinco, qui rentre chez elle un beau jour, et son compagnon et parti avec la totalité de leur appartement. Il ne lui reste plus rien ou presque. Elle décide donc de retourner chez sa mère et d'ouvrir un restaurant dans la grange. La cuisine est sa grande passion et elle cuisine pour rendre les gent heureux :
"Si tu cuisines en étant triste ou énervée, le goût ou la présentation en pâtissent forcément. Quand tu prépares à manger, pense toujours à quelque chose d'agréable, il faut cuisiner dans la joie et la sérénité."
 
C'est avec plaisir que l'on découvre au fil du livres, les petits plats que mijotent Rinco : 
"J’ai fait mon choix dans les légumes que j’avais à la cuisine, je les ai taillés en julienne et fait revenir dans du beurre, en commençant par ceux qui mettent le plus longtemps à cuire. Du potiron, pour l’écharpe de Satoru, d’un beau jaune moutarde vif, car elle était jolie. Des carottes aux couleurs du soleil couchant qui emplissaient le ciel de l’autre côté de la fenêtre. Et pour finir, des pommes, parce que c’est ce que m’évoquaient les mignonnes joues rouges de Momo.
Dans la cocotte, un tas d’images se superposaient, fusionnaient au fur et à mesure. On aurait dit un peintre qui choisit d’instinct ses couleurs. Je cuisinais sur le vif, en me fiant uniquement à mon intuition.
"
 
L'écriture d'Ito Ogawa m'a beaucoup plu, et j'ai hâte d'en découvrir plus. C'est une jolie histoire avec une petite pointe de magie qui  fait forcement rêver le lecteur. On passe par tous les sentiments, j'ai ris, j'ai été touché, triste, en colère. Bref c'est une réussite.

Lu dans le cadre des challenges :
- ABC romance 2016
- Raconte moi l'Asie v2

2 commentaires:

  1. C'est amusant car sur ce livre, les avis sont souvent assez partagés. Pour ma part, je n'ai pas aimé ce roman : j'ai trouvé le début sympa car on entre tout de suite dans l'action, mais ensuite, je l'ai trouvé très mièvre et pas crédible. J'ai préféré son homonyme Yoko Ogawa.

    RépondreSupprimer